Kenya : l’annulation de l’élection de Kenyatta jette le discrédit sur les observateurs de l’Union africaine

par Africapostnews
Les observateurs de l’Union africaine dirigés par l’ancien président Sud-africain, Thabo Mbeki, n’ont rien trouvé à redire. Ι © Photo archives

Ce mardi, la Cour suprême du Kenya a créé la surprise en prononçant l’annulation pure et simple de l’élection du président sortant Uhuru Kenyatta.

La Cour a donné raison à son adversaire, Raila Odinga, qui dès la fin du scrutin avait dénoncé des fraudes massives.

La décision de la Cour suprême du Kenya sonne comme un désaveu pour la mission d’observation de l’Union africaine (UA) qui s’était empressée de déclarer l’élection.

Les missions d’observation des élections de l’Union africaine, souvent mises à l’index en raison de leur favoritisme présumé pour les présidents sortants lors des scrutins en Afrique, viennent de subir un important discrédit après la décision de la Cour suprême du Kenya.

Dans un rapport publié le 10 août, les observateurs dépêchés par l’Union africaine au Kenya jugeaient le scrutin, comme souvent, « pacifique et transparent ».

Pour argumenter leur position, les observateurs de l’UA écrivaient que l’élection « avait été réalisée d’une manière pacifique et transparente et qu’elle avait permis aux citoyens d’exprimer librement leur droit démocratique au vote ».

Favoritisme et complaisance

Malgré les dénonciations d’un système de fraudes, notamment informatiques, par l’opposition et l’assassinat du Chef du département informatique de la commission en charge d’organiser le scrutin (IEBC), les observateurs de l’Union africaine dirigés par l’ancien président Sud-africain, Thabo Mbeki, n’ont rien trouvé à redire.

Africapostnews