En 2016, le pays a perdu 171 milliards de dollars

par Africa Info
Dieudonné Massi Gams, président Camerounais en charge de la commission nationale anti-corruption(Conac Ι©Photo conac

Ce montant était prévu pour recouvrer les deniers publics distraits par les hauts fonctionnaires.

Le Cameroun continue son combat contre la corruption. En 2016, le pays grâce à ses différents organes de lutte contre ce fléau, qui met en mal l’économie, la croissance, et de fait le développement du Cameroun, a recouvré la somme de 56 millions et demi de dollars, soit près de trois milliards cinq cent mille francs cfa.

L’annonce a été faite par le Premier ministre Camerounais, Philémon Yang. C’était le 22 novembre 2016 à l’assemblée nationale, lors de son discours sur le programme économique, financier, social et culturel du gouvernement pour l’exercice fiscal 2017. Pour une certaine catégorie de personnes, les fonds recouvrés par l’Etat sont jugés dérisoires, au vue du préjudice subi par ce dernier pour rentrer en possession desdits avoirs.

En 2015, c’était déjà le cas. Le 29 décembre 2016, Dieudonné Massi Gams, président Camerounais en charge de la commission nationale anti-corruption(Conac) en dressant le bilan des activités menées par l’organe dont il a la charge en 2015, il en ressort que l’Etat a subi un préjudice financier d’un montant de 310 millions de dollars soit  171 milliards 843 millions 983 mille FCfa.

«Pour récupérer l’argent qui a été distrait par les fonctionnaires et les hauts commis de l’Etat, la Conac et tous les autres organes en charge de la corruption dépensent davantage. C’est à se demander s’il est vraiment nécessaire de poursuivre cette lutte, qui s’avère infructueuse à la longue », pense un responsable du ministère des Finances, qui a requis l’anonymat.

Le préjudice subi par l’Etat a été établi sur la base des imputations formulées à partir des enquêtes faites par la Conac en 2015, dans les sociétés de téléphonie mobile, dans la gestion de l’hôtel Ayaba de Bamenda dans la région du Nord-ouest et dans les malversations foncières et financières dans la région du Centre.

Depuis que la Conac a été créée, elle mène des enquêtes dans tous les secteurs d’activités. La répression qui ne porte pas toujours ses fruits est parfois moribonde. Et ce malgré tous les efforts fournis par l’Etat pour en finir avec la corruption. Le budget du Cameroun pour le compte de l’exercice budgétaire 2017 est estimé à 795 millions de dollars soit 4 373 milliards 800 millions de FCFA.

Une enveloppe qui sera probablement grignotée par certains fonctionnaires qui auront la charge de réaliser des projets. Avant qu’on ne le découvre en 2018, le préjudice subi par l’État en 2016, tout comme les fonds recouvrés, seront dévoilés en décembre 2017. En attendant, la chasse contre l’argent détournés ou soustraits par des personnalités, ou des fonctionnaires lambda, se poursuit.

Par Irène Pascale, Ai