Agbor Balla, leader de la contestation anglophone : " une nouvelle génération est née et prête à prendre son destin en main".

par Nkongho Felix Agbor-Balla
Nkongho Felix Agbor-Balla : « Encore une fois, je crois que lutter contre l'injustice et la marginalisation de la minorité anglophone est juste. Et c'est le moment de le faire correctement. Je n'ai jamais été plus engagé. » Ι © Photo archives

Mes frères et sœurs en christ qui ne manquent jamais à leurs engagement, si cela ne dépendait pas du bon Dieu et la foi des bonnes personnes comme vous, je ne serai pas avec vous ce jour.

Je me tiens devant vous aujourd'hui avec toute l’humilité et la gratitude pour remercier Dieu tout puissant pour l’amour qu’il porte à notre égard. Je vous remercie pour le soutien, les sacrifices et les prières adressés à l’encontre de toutes les personnes qui ont été arrêtées et détenues dans l'exercice de la justice, de l'égalité et du respect des droits des minorités. Nos frères et sœurs détenus et incarcérés à travers ma voix ont une forte dette à votre égard.

Au cours des 3 dernières semaines, j'ai eu le temps pour la réflexion, les consultations avec mes collègues, ma famille, d'autres leaders, des détenus anciens et actuels, et toutes les parties prenantes. Merci ne saurait rendre compte de tout ce que vous m’avez permis de réaliser.

Mes plus sincères condoléances à tous ceux qui ont été blessés et tués le vendredi 22 septembre 2017. Je remet mon cœur à vos familles pendant ce temps, vos sacrifices ne seront jamais oubliés. Nos pensées et nos prières les plus profondes s'adressent également aux familles et aux amis qui ont perdu des êtres chers lors de notre lutte légitime pour la reconnaissance en tant que peuple doté d'un patrimoine distinct et unique.

Les 11 derniers mois ont été un test et un défi majeur en tant que peuple, communauté et nation. Mais nous, en tant que peuple, nous sommes restés solides. Vous avez démontré une fermeté et une détermination sans relâche parce que vous croyez en ce qui est juste et bon. Notre cause est moralement juste et notre soif de justice est insatiable.

En tant qu'avocat et en ma qualité de président de FAKLA, j'ai mis l'accent sur l'utilisation de ces plateformes pour lutter contre les injustices de notre système judiciaire et la marginalisation systémique et durable de la minorité anglophone au Cameroun. Avec le soutien des avocats du common law, nous avons pris cette étape dans la lutte pour protester contre l'injustice dans le secteur de la justice au Cameroun. Nous avons ensuite été rejoints par les enseignants d'une coalition du Consortium de la société civile anglophone du Cameroun pour aborder les problèmes qui touchent les secteurs de la justice et de l'éducation.

Ce qui a commencé en tant que protestation syndicale s'est transformé en un mouvement généralisé de désobéissance civile; Notre peuple a été sensible à nos revendications et s’est très vite identifié aux problèmes soulevés. Nos manifestations pacifiques ont rencontré la répression militaire et policière. La situation s’est rapidement dégradée et, le 17 janvier 2017, le Dr Fontem et moi, respectivement le Secrétaire général et le Président du CONSORTIUM, ainsi que d'autres membres de notre communauté, avons été injustement arrêtés et détenus et internet coupé dans les régions du Sud-Ouest et du Nord-Ouest.

Alors que certains d'entre nous ont été libérés, d'autres languissent encore en prison. Nous ne devons jamais les oublier dans nos prières et nous leur devons un devoir sans fin de diligence et la responsabilité de garantir leur libération. Je ne vais pas céder à cet égard. Après avoir été en détention avec mes courageux frères et sœurs, je suis totalement conscient de ses implications.

Je peux vous assurer que le temps passé en prison a renforcé mes croyances et ma recherche de justice et d'équité. Je reste plus que jamais engagé à rester aux côtés de mon peuple face à l’adversité. Malgré tous les efforts pour nous faire tomber par l'incarcération et les moyens technologiques, vous avez tout au contraire fait entendre vos voix. Nous ne pouvons pas sous-estimer un peuple quand il décide d'élever sa voix. Comme vous le savez dans les temps bibliques, les murs de la grande ville de Jéricho sont tombés lorsque les enfants d'Israël ont loué Dieu car la voix du peuple est la voix de Dieu.

Grâce à vos voix, les murs de l'oppression, de la marginalisation et de l'injustice commencent à se fissurer et finiront par tomber dans notre pays au fur et à mesure que vous construisez les bases d'une plus grande reconnaissance et respect de la minorité anglophone au Cameroun.

L'essentiel de cette communication est simplement de vous dire MERCI. Je comprends l'importance de communiquer sur des questions très spécifiques en relation avec notre situation commune et partagée en tant que minorité anglophone au Cameroun. Assurez-vous que je vais le faire de manière exhaustive et en temps utile.

Pour tous les parents, les enfants, les étudiants, les hommes d'affaires, je vous remercie sincèrement de toutes vos prières et de votre sacrifice énorme et précieux. Je félicite l'Église et les dirigeants de nombreuses communautés religieuses pour leur apport immédiat et précieux. Aux avocats et aux enseignants, vous avez démontré à nouveau, grâce à votre appui soutenu, que vous restez les gardiens légitimes de notre patrimoine commun. Et à notre infatigable équipe de défense des détenus, je vous salue et surtout je vous remercie pour les sacrifices et le soutien, alors que nous continuons à demander la libération des membres restants de notre communauté.

Pour les Camerounais dans la diaspora, votre intérêt profond et continu pour lutter contre les inégalités et la marginalisation dans notre patrie a contribué à informer la communauté internationale et nationale sur les événements en cours, ce qui était essentiel pour mobiliser le soutien et l'attention de la communauté internationale. Nous vous remercions. Je suis profondément reconnaissant envers tous les dirigeants, tant en exil que chez eux, qui ont travaillé sans relâche, afin de nous assurer que nous atteignons la justice, la liberté, l'équité maintenant et pourle futur. Je salue également ceux de la classe politique du Cameroun qui ont soutenu le drapeau de la justice et ont demandé la liberté de tous les détenus.

Nous remercions également tous les journalistes qui se tenaient près de nous, en particulier ceux qui étaient enfermés dans l’exercice de leur travail.
Pour nos frères et sœurs francophones, en particulier ceux qui ont manifesté de la solidarité et qui ont sympathisé avec nous, nous vous sommes reconnaissants et nous vous assurons que notre message n'a jamais été et ne sera jamais celui de la haine ou de la violence, mais il est nécessaire de se faire reconnaître comme un peuple avec un héritage unique. Votre engagement à nos côtés a renforcé le modèle du Cameroun pour lequel nous devons nous battre et construire.
À tous et à tous ceux qui ont apporté une contribution pour que nous restions concentrés face aux épreuves et aux tribulations provoquées par la crise, j'exprime ma sincère gratitude. Notre libération est le résultat d'une action collective.
Nous reconnaissons le soutien et la contribution de la communauté internationale, notamment les Nations Unies, l'Union africaine, l'Université de Notre Dame, Amnesty International, le Comité pour la protection des journalistes, l'Association du barreau africain, le Barreau du Haut Canada, les défenseurs de la ligne de front, L’association de protection des droits des avocats du Canada, Le barreau du Comité des droits de l'homme d'Angleterre et du Pays de Galles ainsi que de nombreuses organisations qui ont surveillé, observé et signalé le procès et ont exhorté la libération de tous les détenus. N'oublions pas que certains de nous sont encore en prison.

Nous remercions également d'autres États, tant au sein du continent africain qu'au-delà, qui, par une diplomatie silencieuse, ont préconisé notre libération et la résolution de cette crise.
Incomplete seront mes salutations sans exprimer ma profonde appréciation et mon admiration pour la force qui m'a été donnée pendant ces mois de prison par ma famille et mes amis. Je crois que vos douleurs, vos souffrances et vos peines étaient bien supérieures à la mienne. Sur une note personnelle, ma famille vous sera pour toujours redevable pour les soins et l'amour que vous nous avez offert pendant les funérailles de notre père.
À tous et à tous ceux qui ont apporté une contribution positive à la crise actuelle, j'exprime ma gratitude. La demi-victoire que nous célébrons aujourd'hui est le résultat d'une action collective.

Malheureusement, nous ne pouvons pas nous livrer à des célébrations parce qu'un bon nombre de nos frères sont encore en prison et d'autres en exil. Je connais l'épreuve qu'ils rencontrent parce que j’ai traversé cette étape. Il est de notre plus grande priorité de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour assurer leur sortie de prison et leur retour de l'exil. Nous le ferons en priant pour qu'ils demeurent solides et fermes dans l'esprit. Car nous avons collectivement une nation à construire, et nous devons le faire avec toutes les mains sur le pont!

Nous sommes conscients qu'au cours des 11 derniers mois, diverses conditions nous ont amené à être en colère, déçues, frustrées, mal informées et, dans certains cas, cela a conduit à des actes de violence. Conformément à notre approche, nous vous invitons à tous mes frères, sœurs et parents à faire preuve de retenue et à lutter contre toutes les formes de violence. Comme l'a dit une de mes idoles, Martin Luther King Jr : «Dans notre quête d’un espace légitime, nous ne devons pas boire la coupe de l'amertume et de la haine." Abandonnons la violence parce que l'amour dépasse toujours la haine.

Nous avons la responsabilité collective d'éviter l'incendie de nos bâtiments privés et publics, en particulier les écoles. J'ai eu l'occasion de lire, de rencontrer et d'entendre certains d'entre vous sur vos expériences et vos aspirations. Nous pouvons vous assurer que nous avons entendu vos frustrations bruyantes et claires. Que ce soit avec vous ou si nous nous sommes mis d'accord sur les mêmes opinions ou non, j'ai appris de vous et cela m'a aidé à devenir un homme meilleur.

Même si nous pouvons différer d'approches, nous devons respecter les opinions des autres. Nous pouvons être en désaccord sans être désagréables. C'est une caractéristique d'une société démocratique d'avoir des opinions et des points de vue divergeants. Le gouvernement a la responsabilité de prendre des mesures pour atténuer les tensions au sein de nos communautés afin de réduire la probabilité de conflit. Nous appelons tous nos jeunes, leaders religieux, leaders communautaires, leaders d'opinion à œuvrer pour s'attaquer à tous les signes potentiels de conduite violente et à se défendre contre la violence. La solution doit être politique. C'est le moment d’un bon leadership et l'esprit d'état que nous fournirons.

J'attends avec impatience que le chef de l'Etat demande un forum de dialogue pour aborder les causes profondes de la crise anglophone et pour y trouver des solutions durables. Je demande instamment à l'armée de se rappeler que leur principal devoir est de protéger les vies civiles.

Vous avez tous montré que vous avez la résilience, la volonté et le courage nécessaires pour travailler en vue du changement en tant que peuple. Ce sont des qualités que nous défendons et nous aurons besoin lorsque nous nous efforcerons d'améliorer la société. Une société où les droits de tous les peuples sont respectés et protégés. Une société où les droits des minorités seront respectés et il n'y aura pas de marginalisation, de suppression et d'oppression de la minorité par la majorité. Une société dans laquelle les droits fondamentaux de l'homme seront respectés. Une société où vous pouvez pratiquer votre foi sans intimidation par l'État. Une société où les lois répressives sont abrogées et où les lois sont faites pour servir le peuple et non les dirigeants. Une société où le mérite est gagné et non déterminé par la corruption et le népotisme. Une société où les jeunes sont formés pour être des créateurs d'emplois et pas seulement des consommateurs. Une société où les droits des femmes seront respectés. Une société où nos jeunes peuvent être prêts à concurrencer la main-d'œuvre mondiale. Une société où la prospérité est partagée, les gens ont accès à de bons soins de santé, à des infrastructures et à des emplois. Une société où chaque génération successive bénéficie d'un niveau de vie plus élevé. Une société dans laquelle nous assumons collectivement nos responsabilités civiles et n’hésiton pas à lutter contre la mauvaise gouvernance. Il y a une distance à couvrir et nous savons que nous pouvons compter sur vous.

Aujourd'hui, nous constatons une augmentation de la résistance dans notre pays. La route à venir sera difficile, mais compte tenu de ce que nous avons surmonté depuis notre indépendance, nous sommes à la hauteur de la construction d'une nation plus juste qui représente nos meilleurs idéaux et aspirations en tant que peuple. Il faudra que nous exerçons un bon jugement, nous nous abstenions d'actions violentes et nous nous concentrons sur la meilleure façon de construire une nation de nos rêves et de remplir notre responsabilité en tant que citoyens du monde. Nous sommes là où nous sommes aujourd'hui parce que le statu quo est inacceptable. Une nouvelle génération est née et est prête à prendre le contrôle de sa destinée. Les dirigeants de tous les côtés ont l'obligation morale de se réunir et de s'attaquer aux griefs du peuple afin que nous puissions forger de nouvelles obligations qui nous permettent à tous de vivre dans la liberté, la paix et la prospérité.

Encore une fois, alors que nous apprécions pleinement ce qui nous attend, notre préoccupation immédiate reste de libérer nos frères de prison et de veiller à ce que ceux qui sont en exil, de peur de leur sécurité, rentrent chez eux. Donc, aujourd'hui, mes frères et sœurs, je fais non seulement un service d’action de grâce, mais surtout je propose des prières pour les personnes en prison, les personnes en exil et les vies perdues dans ce conflit.

Encore une fois, je crois que lutter contre l'injustice et la marginalisation de la minorité anglophone est juste. Et c'est le moment de le faire correctement. Je n'ai jamais été plus engagé.

Merci et que Dieu vous bénisse

Nkongho Felix Agbor-Balla