Congo-Brazzaville : Référendum, les préoccupations des Etats-Unis

Exemple de bannière pour articles
par US Ambassy Brazzaville
Barack Obama : « lorsqu’un leader essaie de changer les règles du jeu en milieu de jeu rien que pour rester au pouvoir, il y a risque d’instabilité et de troubles – comme nous l’avons vu au Burundi. Et c’est souvent la première étape vers un chemin périlleux.» ǀ © icibrazza.com

Les Etats-Unis notent avec préoccupation la décision par le Président de la République du Congo Denis Sassou N'Guesso à organiser un référendum sur une nouvelle constitution.

 Qui permettrait de contourner l’actuelle limitation des mandats et de se présenter à nouveau aux élections présidentielles après la fin de son mandat en 2016.

Comme l’a dit le président Obama dans son discours à l’Union africaine, Nelson Mandela et George Washington « ont forgé un legs durable non seulement à cause de ce qu’ils ont fait au pouvoir, mais aussi parce qu’ils étaient prêts à quitter le pouvoir et à le transférer pacifiquement. ».

Le président Obama avait souligné que « lorsqu’un leader essaie de changer les règles du jeu en milieu de jeu rien que pour rester au pouvoir, il y a risque d’instabilité et de troubles – comme nous l’avons vu au Burundi. Et c’est souvent la première étape vers un chemin périlleux. »

Nous réitérons que les transitions régulières, pacifiques, et démocratiques offrent un mécanisme dynamique et sain aux citoyens pour tenir leurs leaders politiques responsables de leur gouvernance et promouvoir une stabilité à long terme. Aucune démocratie n’est bien servie quand son leader modifie sa constitution à des fins personnelles ou politiques.

US Ambassy Brazzaville