Congo-Brazzaville : Des opposants placés en résidence surveillée

Exemple de bannière pour articles
par Africa Info
La police a fait irruption et s'est mis à tirer à balles réelles sur des manifestants sans défense qui n'avaient que leurs pancartes où on pouvait lire "Sassou dégage, pas de troisième mandat, Sassoufit, non au référendum etc."ǀ © images Africa Info

« Sur ordre du président Denis Sassou Nguesso, tous les leaders de l’opposition présents au Meeting de Pointe Noire sont assignés en résidence surveillée à Pointe Noire jusqu’à nouvel ordre », informe un communiqué de l’IDC-FROCAD rendu public ce 17 octobre.

En, effet, il était pratiquement 12 heures quand plus de 200.000 manifestants ont pris d'assaut la place de la république (le rond point Lumumba de Pointe Noire) pour le méga meeting de l'opposition ce 17 octobre 20115. 

La police a fait irruption et s'est mise  à tirer à balles réelles sur des manifestants sans défense qui n'avaient que leurs pancartes où on pouvait lire "Sassou dégage, pas de troisième mandat, Sassoufit, non au référendum etc."

Le bilan a été de 02  morts et plusieurs blessés.  En revanche,  la voiture une berline et la maison du policier qui à donné la mort à deux manifestants ont été brûlées, des manifestants qui ont catégoriquement refusé de quitter les lieux malgré cette attaque, plus motivés qu'avant et très déterminés

Ils ont bravé les autres patrouilles militaires qui sont arrivés pour les disperser. A la tête de ces  patrouilles militaire se trouvait  le général OLESSONGO, chef d'État major militaire de Pointe Noire

Malgré sa présence et les victimes des tires de la police,  le meeting s'est poursuivi avec en toile de fond la désobéissance civile du mardi 20 octobre 2015 à Brazzaville.

 Mais après le meeting de Pointe Noire les responsables de l'opposition et ceux qui ont fait le déplacement de Brazzaville ont été  tous  interdit de quitter Pointe Noire sur ordre du Président Denis Sassou Nguesso. Aux dernières nouvelles,  les opposants ont décidé de tenir une réucion de crise.

Africa Info, Brazzaville