Burkina-Faso : réforme de l’armée, plus de militaire en politique

Exemple de bannière pour articles
par Issouf NASSA, Burkina24
A écouter Michel Kafando, sous le régime précédent, l’armée n’a pas su conserver les valeurs qui la caractérisent, à savoir discipline, cohésion, intégrité éthique, respect de la hiérarchie ǀ © Photo archives

Ce 8 décembre 2015 au ministère de la défense, le président du Faso Michel Kafando a présidé à la cérémonie d’installation des membres de la commission de réforme des Forces Armées Nationale.

 Une commission dont il est attendu des propositions fortes et dont la réflexion devrait avoir pour principal pilier: l’interdiction pure et simple pour le militaire de s’impliquer dans la politique.

C’est partant du constat que l’armée nationale a toujours été présente sur la scène politique qu’une reforme a été pensée, qui mettra en avant ses missions véritables.

En plus de ses missions de défense de l’intégrité territoriale et de protection des personnes et des biens, l’armée a toujours pris une part active sur la scène politique du Burkina Faso. Le président Michel Kafando en veut pour preuve leur présence au plus haut niveau de l’Etat depuis les années 1960: « sur les huit chefs d’Etat qu’a connus le Burkina Faso, six étaient militaires ».

A écouter Michel Kafando, sous le régime précédent, l’armée n’a pas su conserver les valeurs qui la caractérisent, à savoir discipline, cohésion, intégrité éthique, respect de la hiérarchie. Et c’est l’ex-Régiment de Sécurité Présidentielle(RSP) qui a le plus donné à voir cette perte de valeur. Leurs interventions intempestives au cours de la Transition ne sont sans doute pas passées inaperçues, surtout avec cet épilogue désastreux que fut le coup d’Etat du 16 septembre 2015.

Avec les élections du 29 novembre, le peuple burkinabè a démontré combien il aspirait à un Etat démocratique, avec une armée qui se tient dans son rôle. « Dans ce renouveau démocratique, l’Armée nationale se devait aussi de se mettre au goût du jour à travers une réforme profonde », a soutenu le président du Faso.

C’est ainsi que par un décret du 30 novembre 2015, le ministre de la défense nationale et des anciens combattants a décidé de la création d’une commission d’élaboration du Plan Stratégique 2017-2021 pour la réforme des Forces Armées Nationales(FAN) dont les travaux seront conduits conformément aux orientations suivantes : l’interdiction définitive de l’implication du militaire dans la politique, le renforcement de la responsabilité  et le renforcement de la bonne gouvernance.

Rappelons que suite aux différentes mutineries de 2011, des réformes avaient commencés avec la mise en place du Plan Stratégique 2012-2016 pour la réforme des FAN. La commission qui a été mise en place aura donc à s’appuyer sur le bilan de ce Plan Stratégique sus-indiqué, afin de faire des propositions « à même de lever les obstacles à la construction d’une véritable armée républicaine », selon les termes du président Kafando

Elle est composée de 15 membres avec pour président le Colonel-Major Moné Alassane. Il lui est donné un délai de six mois pour compter de sa date d’installation – c‘est-à-dire aujourd’hui- pour soumettre le document final au ministre de la défense nationale et des anciens combattants.

Issouf NASSA, Burkina24