Burundi : Quatre officiers écopent d'une peine à perpétuité

Exemple de bannière pour articles
par Africa Info
Selon le porte-parole de la police M. Nkurikiye, « Saïdi et Niyongabo étaient pourchassés parce qu'ils étaient à la tête d’un groupe de criminels. » ǀ © Photo archives

Le 15 janvier, la Cour Suprême  a vidé  son verdict pour les 28 présumés putschistes. Quatre officiers supérieurs  ont été condamnés à perpétuité et une interdiction d’exercer toute fonction publique durant 10 ans.

Il s'agit de  Ndayirukiye Cyrille, Niyungeko Juvénal, Nimenya Herménegilde, Ndabaneze Zénon tous  présumés putschistes pour un emprisonnement à perpétuité et une peine supplémentaire d’interdiction d’exercer toute fonction publique pendant 10 ans.

 les juges ont prononcé la sentence pour tous les 28 présumés putschistes emprisonnés dans la prison centrale de Gitega.

Ont également été condamnés pour 30 ans de prison ferme pour "avoir directement pris part dans l’insurrection et incité les citoyens à s’armer contre l’autorité de l’Etat"  9 prisonniers.

Les 8 autres dont la majorité sont des hommes de troupes ont écopé d'une peine de 5 ans de servitude pénale tandis que 7 autres ont été acquittés pour toutes les charges qui pesaient contre eux.

Les avocats de la défense ont déclaré aux médias qu'ils interjetteront appel dans un délai ne dépassant un mois, selon la loi burundaise en la matière.

 Ont par contre été acquittés : Ngowenubusa Prime, Daradangwe Jean Bosco, Ntahomereye Nicaise, Hagabimana Richard, Furuguta Pascal, Ngabirano Déo, Nimpagaritse Léonidas.

Pendant ce temps, sur le terrain la violence continue. Les morts aussi. Idi Omar Bahenda, alias Saïdi, un ancien capitaine de  l’armée burundaise et l’ancien brigadier de police Jean Claude Niyongabo ont péri le 13 janvier dans un échange de tirs avec les forces de l’ordre .

Selon le porte-parole de la police  M. Nkurikiye,  «  Saïdi et Niyongabo étaient pourchassés  parce qu'ils  étaient à la tête d’un groupe de criminels. » 

Ai Bujumbura