Les appels à la candidature de Paul Biya en de 2018 relèvent de la provocation

Exemple de bannière pour articles
par Léon Tuam
eon Tuam : « De façon insistante et consistante, j’ai déjà eu à démontrer que dans l’agenda de Paul Biya ne figure pas le projet de laisser le pouvoir » ǀ © Photo archives

Depuis quelque temps s’est ouvert le bal des appels à la candidature de Paul Biya à la présidentielle de 2018.

Ce théâtre nauséabond fera certainement le tour du pays. C’est de la provocation, de l’humiliation et d’insultes aux Camerounais.

Ce que ces acteurs ne savent pas, c’est que la tornade politique à venir va les surprendre tous.

Ceux des Camerounais qui tablent sur la bonne conscience et la sagesse de cet homme au pouvoir depuis plus de trois décennies pour se retirer –en voyant son bilan honteux– et couler en paix ses derniers jours, ceux-là se trompent gravement, parce qu’il n’en a pas.

 La triste fin des dictateurs l’attend. De façon insistante et consistante, j’ai déjà eu à démontrer que dans l’agenda de Paul Biya ne figure pas le projet de laisser le pouvoir.

Ces appels à sa candidature future, l’engouement à vouloir noyer les Camerounais dans les grands évènements sportifs à venir et sa sourde oreille aux appels à la création des conditions d’élection justes et transparentes sont révélateurs.

Les Camerounais qui continuent de soutenir ce pouvoir chaotique RDPC (Rassemblement démocratique du peuple camerounais, parti au pouvoir)  répondront tous devant l’Histoire.

 Et ce tribunal de l’histoire n’est pas loin. Ces gens n’oublient pas que Biya n’a pas de veine pour escorter le courageux peuple d’Um Nyobé à la création de sa monnaie et à sa libération totale.

Sur qui faut-il compter en dernier pour la libération et l’érection d’un pays fort, prospère et juste ? Hormis qu’il faille compter sur tous, c’est, bien sûr le plus sur ceux dont les sacrifices, la volonté, la détermination et l’amour pour cette patrie ainsi que leur soif de le servir, sont inconditionnels et intarissables.

Et ils sont très nombreux. Ceux qui parlent de transition politique pacifique au pays sont des menteurs et manipulateurs des masses. Le RDPC ne rêve plutôt que de s’éterniser au pouvoir.

Et voyez, la probabilité d’un coup de force est grande avec une autre élection présidentielle sans reformes électorales consistantes et adéquates au Cameroun.

Le temps passe, et les saisons ne se ressemblent pas.

© Par Léon Tuam