Congo-Brazzaville : Echos de campagne, Sassou humilié et chassé à Mossendjo.

Exemple de bannière pour articles
par Edo Ganga, Brazzanews
Des braves citoyens ont eu l’ingénieuse idée de regrouper les chiens errants de la ville , d’autres ont ramené leurs propres animaux de compagnie. Ils les ont habillés de T-shirts à l’effigie de Sassou et les ont exhibés à l’arrivée du dictateur infatigable. ǀ © Photo brazzanews

Poursuivant sa campagne malgré l’absence d’engouement des populations visitées, Sassou s’est rendu à Mossendjo hier, dans le département du Niari.

 Il y a trouvé un comité d’accueil pour le moins atypique. On aurait dit des extra terrestres. Il a été accueilli par une horde de chiens habillés à son effigie. Si si vous avez très bien lu. Des chiens, yimbua, ouarf ! ouarf !

Nous connaissions les habitants du Niari pour avoir tous les qualités de la planète mais nous ignorions leur sens de l’humour plutôt caustique. Ces braves citoyens ont eu l’ingénieuse idée de regrouper les chiens errants de la ville , d’autres ont ramené leurs propres animaux de compagnie. Il les ont habillés de T-shirts à l’effigie de Sassou et les ont exhibés à l’arrivée du dictateur infatigable.

Outré par cette impertinence, comme un chien battu (même si pour le coup c’est lui qui a été battu par nos amis à 4 pattes), le cobra royal, las et conscient que la population de Mossendjo ne pouvait plus écouter ses mensonges, a entrepris de replier avec sa suite et ses 6 hélicoptères affrété aux frais de l’Etat. Sa présence sur le territoire de Mossendjo n’aura en tout duré que 11 minutes…

Tout cela s’est produit malgré la présence du Président de l’Assemblée Nationale Justin Koumba, du ministre Pierre Mabiala ainsi que de l’homme d’affaire Pierre Ndouna, tous fils de la contrée qui se sont déplacés avec un cortège de 400 figurants. Les fameux militants portatifs auxquels le Parti Ccongolais du Travail (PCT, au pouvoir) nous a habitué…

Depuis le commencement de cette campagne présidentielle, où qu’il aille, Sassou est confronté à la dure réalité d’une fin de règne : le désaveu et le mépris de la population. Les carottes sont définitivement cuites pour Sassou. #Sassoufit !

Edo Ganga, Brazzanews