Burkina –Faso : Corruption, « authentifier le discours dans l’agir », Luc Marius Ibriga

Exemple de bannière pour articles
par Yannick Sawadogo, Burkina 24
Selon Luc Marius Ibriga, “authentifier le discours dans l’agir » ǀ © Photo sidwaya.bf (archives)

Le président de la Transition Michel Kafando a présidé ce mercredi 9 décembre 2015 à Ouagadougou la cérémonie commémorative de la journée internationale de refus de la Corruption. Au Burkina, ce sont quatre organisations luttant contre le fléau qui ont, ensemble, fait une déclaration commune.

Le 9 décembre de chaque année, le monde entier commémore la Journée internationale de la lutte contre la corruption. Au Burkina, elle est célébrée sous le thème : « loi anticorruption, contenu et rôle des acteurs pour sa mise en œuvre ».

De façon conjointe, quatre partenaires engagés dans la lutte contre la corruption à savoir l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption (ASCE-LC), le Programme des Nations-Unies pour le développement (PNUD), le Réseau national de lutte anticorruption (REN-LAC) et le Réseau africain des journalistes pour l’intégrité et la transparence (RAJIT) ont décidé de marquer cette journée au Burkina en réunissant leurs efforts.

A travers ce thème, les acteurs de la lutte contre la corruption se sont réjouis de l’adoption, le 3 mars dernier, de la loi N°004-2015/CNT portant prévention et répression de la corruption au Burkina Faso.

Claude Wetta le secrétaire exécutif du REN-LAC a rappelé que cette loi « ne saurait être effective et traduite dans les faits sans une réelle et sincère volonté politique » et au contrôleur général d’Etat, à la tête de l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption (ASCE-LC), Luc Marius Ibriga d’appeler à « authentifier le discours dans l’agir ».

Le président de la Transition a, lui, espéré que les nouvelles autorités qui seront installées incessamment « resteront dans la ligne » que le gouvernement de la Transition a « tracé à savoir, prendre toutes les mesures nécessaires pour combattre la corruption sous toutes ses formes de façon à ce que notre pays retrouve honorablement son rang de pays intègre, comme d’ailleurs notre nom l’indique ».

© Yannick Sawadogo, Burkina 24