Voici pourqoui la France soutient le dictateur Sassou Nguesso

Exemple de bannière pour articles
par Correspondance
Bolloré a obtenu en 2009 la concession du port de Pointe-Noire sur 27 ans. Paris s’accommode des dictatures pour préserver ses intérêts. ǀ © Photo centriloque.wordpress.com (archives)

Si la France continue de soutenir Sassou dans cette période de contestation populaire, c’est avant tout pour défendre les intérêts économiques de ses entreprises.

 La France est un partenaire commercial incontournable du Congo. Elle reste en 2013 le 1er pays non-africain fournisseur du Congo, avec près de 573 millions d'euros d’exportations (9,05% de part de marché selon les statistiques COMTRADE de l’ONU), premier investisseur et premier créancier.

Environ 200 entreprises ayant des intérêts français sont présentes au Congo et emploient près de 15 000 salariés, dont un millier d’expatriés. L’entreprise Total extrait 60 % du pétrole national et Bolloré a obtenu en 2009 la concession du port de Pointe-Noire sur 27 ans. Paris s’accommode des dictatures pour préserver ses intérêts.

Le soutien au régime de Sassou s’explique également par des intérêts diplomatiques Cet épisode montre une forme d’interdépendance qui oblige les deux parties. Il permet de saisir la force de la réciprocité qui lie la France et le Congo même si dans ce rapport de force, le dictateur a toujours un besoin vital de l'appui de Paris.

Correspondance