Congo- Brazzaville : Le Festival international des musiques et des arts annoncé

Exemple de bannière pour articles
par CONGO SITE
Festival international des musiques et des arts au Congo-Brazzavile
Une prestation des artiste africains/ / © Photo AFRICA INFO/PP

La troisième édition du Festival international des musiques et des arts (FIMA- Congo) se tiendra du1er au 5 mars prochain à Pointe-Noire, sous le thème : « Le bois, élément essentiel pour le développement de la musique."

La troisième édition du Festival international des musiques et des arts (FIMA- Congo) se tiendra du1er au 5 mars prochain à Pointe-Noire, sous le thème : « Le bois, élément essentiel pour le développement de la musique."

Cette édition qui sera organisée par la maison MB production que dirige Médard Bongo, accueillera des artistes en provenance des pays d’Afrique et d’Europe. Précisément, il y aura des groupes qui viendront du Bénin, d'Angola, du Gabon ; de certains d'artistes de la République démocratique du Congo (RDC) et ceux de la République du Congo, ainsi que du jeune rappeur français Georgio, que le promoteur du festival a bien voulu faire découvrir au peuple congolais. Le protocole d’accord a été déjà signé avec lui.

Plusieurs activités sont prévues, à savoir : la musique métissée, la musique sacrée, la musique traditionnelle. Il y aura également une exhibition des arts martiaux : karaté et du judo, ainsi que le nzango, les arts plastiques (peinture) et le symposium. A quelques jours de l’événement, le promoteur du FIMA Congo, a annoncé que les préparatifs sont à 70% des résultats attendus, en dépit des maigres moyens qui sont les leurs. « Faire de la production musicale au Congo demande beaucoup d’argent. Nous nous battons avec nos propres moyens pour défendre la culture congolaise». Il a déploré le fait qu’au Congo les sponsors ne viennent qu’au dernier moment, le plus souvent à un ou deux jours de l’événement ; c’est le cas lors de la deuxième édition. « Nous voulons faire proprement les choses. Or, lorsque les sponsors viennent au dernier moment, on ne peut rien faire de bon. Il y a aussi le fait que, si hier nous ne faisions pas correctement notre travail, c’est parce que nous n’avions pas la formation", a-t-il souligné. Quant au thème de la troisième édition, M. Bongo pense que sans le bois on ne peut pas parler du développement musical. Car c’est avec du bois que l’on fabrique des tam-tams, des guitares. Bref, des instruments qu’on utilise pour faire plaisir aux mélomanes. De même, en rapport avec le thème de la troisième édition de ce festival, M. Bongo a dit avoir écrit officiellement au ministère de l’économie forestière et du développement durable depuis 2014. Il continue d’attendre la suite avant le festival. « Nous voulons faire que des groupes deviennent comme des sociétés. Aujourd’hui, les groupes congolais sont gérés comme on gère sa propre poche. Ce sont des noms de gens qui dominent au détriment des noms des groupes », a-t-il déclaré.

Source : CONGOSITE