Cameroun : crise anglophone, les militaires camerounais poursuivent les exécutions sommaires

Exemple de bannière pour articles
par Michel Biem Tong
Les soldats ont tiré sur Alen et abandonné son corps qui a été découvert le 30 décembre 2019 au lieudit Windik Square, au village Guneku. | © Photo MBT

Allen, un jeune homme sommairement exécuté par des soldats camerounais parce que soupçonné d’être proche des séparatistes armés.

Ce mignon garçon d’à peine 25 ans sur la photo se prénommait Alen. Lors d’un raid des soldats camerounais dans le village Njindom, Alen a été enlevé par des militaires camerounais le 20 décembre 2019, d’après des sources locales.

Confondu à un séparatiste armé, Alen a été forcé de localiser pour le compte de ces soldats, les camps des groupes armés dans les villages Nyen, Guneku et Chop (nord-ouest anglophone).

Après l’avoir trimballé de village en village à la recherche des camps des séparatistes armés, les soldats ont tiré sur Alen et abandonné son corps qui a été découvert le 30 décembre 2019 au lieudit Windik Square, au village Guneku.

Par Michel Biem Tong, journaliste web en exil