Cameroun : Camair co, 100 jours après, le grand désastre

Exemple de bannière pour articles
par Correspondance
Le poste occupé Mr LG Njipendi Kuotu par le passé dans le cadre de la coopération avec l’Union Européenne a été annulé pour incompétence. | © Photo archives

La nouvelle équipe dirigeante se démarque par une incompétence notoire. Une mafia bien orchestrée qui se dévoile au grand jour.

Et pourtant, présentée le 27 mai dernier lors du Conseil d’Administration comme une équipe chevronnée, les Camerounais découvrent progressivement l’arbre qui cache la forêt.

Le nouveau Directeur Général, ancien PCA de la Camair-Co semble avoir investi les deux dernières années à convoiter le poste pour des raisons inavouées.

Déjà introduit par le passé comme un Administrateur Civil expérimenté, il se dévoile que Mr LG Njipendi Kuotu n’a jamais occupé un poste de responsabilité dans l’Administration Camerounaise du niveau d’un Chef de Service.

Le poste occupé par le passé dans le cadre de la coopération avec l’Union Européenne a été annulé pour incompétence.

Le nouveau DGA, Mr Max Mve, officiellement introduit par le Mintrans/PCA comme « Ingénieur en Aéronautique » n’était qu’un cadre sans fonction dans la maison avec un diplôme en informatique obtenu en Russie il y’a une trentaine d’années.

Indexé par les missions du CONSUPE et le TCS comme personne suspecte dans le réseau de trafic des pièces d’avions, il est plus préoccupé par ces dossiers qu’à la gestion quotidienne de la compagnie.

Pour preuve, les deux avions B737-700NG de la Camair-Co sont toujours immobilisés à Douala au profit de la location en centaines de millions par mois d’un B737-500 Arménien vieux de 25 ans.

Revenons sur les statistiques d’exploitation. la nouvelle équipe réinvente l’aviation. Comment expliquer une augmentation de 30% du nombre de passagers entre les mois de juillet et août avec un avion (ERJ 145) en moins dans son exploitation?

Un chiffre d’affaire annoncé en augmentation alors que les charges restent largement supérieures et avec deux mois d’arriérés de salaires..

Pour quel intérêt?

Faut-il encore ternir l’image de la compagnie nationale pour impressionner les Administrateurs avant le prochain conseil?

Correspondance particulière.