Imprimer

Gabon : Mauvaise passe pour Total-Gabon

Exemple de bannière pour articles
Total Gabon
Siège de Total Gabon à Libreville / © Photo Archives

Début d’année en demi-teinte pour la filiale de la major pétrolière française, qui réalise, au premier trimestre 2015, un résultat net de -27 millions de dollars, contre 67 millions l’année d’avant à la même période.

La compagnie pétrolière Total Gabon a publié ses résultats financiers au premier trimestre 2015, caractérisés par un résultat net de -27 millions de dollars au premier trimestre 2015, contre 67 millions l’année d’avant à la même période. «Une baisse qui s’explique principalement par le recul du chiffre d’affaires, la baisse du volume des productions stockées et une perte de change sur les créances en euros et FCFA», souligne le groupe pétrolier.

En effet, le chiffre d’affaires recule de 25% à 225 millions de dollars, sous l’effet de la baisse du prix de vente du brut et du négoce pour le compte de tiers, partiellement compensée par la hausse des volumes vendus sur la période liée à un planning des enlèvements plus favorable. «Le prix de vente moyen des deux qualités de pétrole brut commercialisées par Total Gabon (Mandji et Rabi Light) s’est établi à 50 dollars le baril au premier trimestre 2015, soit une diminution de 52% par rapport à la même période de l’année précédente», souligne la compagnie.

La part de production de pétrole brut (opérée et non opérée) liée aux participations de Total Gabon, affiche pour sa part, au premier trimestre 2015, une baisse de 8%, à 43 700 barils par jour contre 47 300 barils par jour au premier trimestre 2014. Une décroissance inhérente à l’instabilité du réseau gaz d’Anguille et les difficultés opérationnelles sur Anguille et Atora en janvier et février, l’impact du mouvement de grève de l’Organisation nationale des employés du pétrole (Onep) du 2 décembre 2014 au 1er février 2015, les difficultés opérationnelles sur le pipe-line 18’’ reliant Coucal au terminal du cap Lopez, partiellement compensée par le décalage des arrêts prévus en février 2015 sur Anguille et Coucal/Avocette. Sur un tout autre plan, Total Gabon annonce une baisse de 12 millions de dollars de sa capacité d’autofinancement globale au premier trimestre 2015, du fait du recul du chiffre d’affaires et de la baisse du volume des productions stockées liée à la hausse des volumes vendus sur la période.

Les investissements s’élèvent à 78 millions de dollars sur le premier trimestre 2015, contre 138 millions au premier trimestre 2014. La compagnie pétrolière annonce que «sur le permis Diaba, le passage en troisième période pour une durée de trois ans à compter du 2 février 2015 a été obtenu auprès de la République gabonaise». Sur le permis Nziembou (opéré par Perenco), par contre, «le puits Igongo-1ST foré au troisième trimestre 2014 a rencontré une accumulation de pétrole et de gaz. À la suite de ce forage positif, une autorisation exclusive d’exploitation a été accordée par la direction générale des Hydrocarbures le 3 février 2015». Par ailleurs, «une extension de neuf mois de la cinquième période d’exploration a été accordée par la direction générale des Hydrocarbures afin de forer un deuxième prospect à objectif ante-salifère (Monbou-1)», indique Total Gabon, qui annonce enfin la poursuite des «opérations de forage de la phase 3 du projet de redéveloppement du champ d’Anguille depuis la plateforme Anguille Marine Nord (AGMN)».

Source : Icicemac

Articles en relation