Gabon : L’emprunt obligataire de 80 milliards de FCFA coté à la BVMAC

Exemple de bannière pour articles
par AGP
Cet emprunt obligataire au taux de 6% sur une période de 5 ans lancé sur le marché financier visait à lever 80 milliards de FCFA en vue de financer les voiries de Libreville dont le coût global est estimé à 149 milliards de FCFA ǀ © Photo gaboneconomie.info

Le Premier ministre gabonais, Daniel Ona Ondo a lancé récemment à Libreville, la cotation de l’emprunt obligataire de 80 milliards de FCFA par appel public à l’épargne émis en septembre dernier par l’Etat gabonais à la Bourse des valeurs mobilière de l’Afrique centrale (BVMAC).

Cet emprunt obligataire au taux de 6% sur une période de 5 ans lancé sur le marché financier visait à lever 80 milliards de FCFA en vue de financer les voiries de Libreville dont le coût global est estimé à 149 milliards de FCFA, indique-t-on.

La présente opération s’est soldée par l’acquisition de 84 milliards de FCFA, soit un bonus d 4 milliards de FCFA supplémentaire, représentant un taux de 105,8%, une première sur le marché régional depuis sa création en 2003.

Les investisseurs ou operateurs ayant souscrit viennent de quatre pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEMAC) et de deux pays d’ailleurs (Togo et les Etats Unis).

Il s’agit notamment des opérateurs exerçant au Cameroun, au Congo, à la Guinée Equatoriale et au Gabon. La plus forte mobilisation de l’emprunt obligataire a été réalisée au Gabon avec 51,86 milliards FCFA soit 61,3%. Le Congo-Brazzaville vient en 2ème position avec 25 milliards de FCFA soit 30%.

Les banques et les compagnies d’assurances ont été les plus grands souscripteurs.

Par ce franc succès de l’opération, le directeur général de la BVMAC, Pascal Houangni Ambouroue a indiqué que le marché financier de sous région « s’encre désormais dans des marchés internationaux ».

Cet emprunt obligataire est le deuxième après celui de 100 milliards levé par le Gabon en 2008 sur le marché financier régional.

Depuis sa création en 2003, la BVMAC a déjà levé sur le compartiment obligataire plus de 500 millions de FCFA, alors que le marché secondaire, une seule société est côté, il s’agit de SIAT Gabon.

©AGP