Tchad : Lettre ouverte à François Hollande

Exemple de bannière pour articles
par Patrice Patana
François Hollande
Lettre des enfants du Général tchadien Béchir Ali Haggar emprisonné au Tchad à Frnçois Hollande

Excellence, nous venons auprès de votre bienveillance, afin que vous veuillez inclure dans votre agenda et discuter en ce jour où vous devez accorder une audience au président Deby à paris, du cas de notre père le Général Béchir Ali Haggar, emprisonné illégalement depuis plus de 10 mois, dans l’affaire de l’ancien président Habré et de la DDS.

tenons à vous faire savoir à travers cette lettre que notre père n’a jamais servi dans ladite institution et son nom n’a jamais figuré dans la liste des membres de la direction de la documentation et de la sécurité (DDS) sous le régime Habré.

Le général Béchir, était un officier de l’armée nationale tchadienne et dans tout son parcours, il n’a jamais participé à aucun coup d’état ou rébellion quelconque, il est resté toujours du côté des loyalistes, cet homme a servi son pays en bon soldat et n’a jamais failli à sa mission. Il a été inclus dans la liste des accusés de la DDS en juillet 2014 alors que depuis 25 ans, il n’a jamais été inquiété, ni par les associations des victimes, ni par le collectif des avocats des victimes de Habré. Il a été arrêté deux heures du temps après votre départ de N’Djamena lors de votre visite, en vous envoyant cette lettre, nous voulons comprendre le pourquoi de cette arrestation tous azimuts et nous sommes curieux de savoir pourquoi soudainement le pouvoir de N’Djamena a poussé des ailes et a commencé à faire ce que bon lui semble.

Avez-vous donnez un feu vert à Deby de faire ce qui lui plaît sans être inquiété en échange de son aide dans la guerre contre les terroristes ou bien vous lui avez suggéré de passer son éponge en ce moment où la France et l’occident ferment leurs yeux à cause du dossier sécurité ? Nous savons tous, même le grand chasseur de dictateur Mr Reed Broody présent lors du procès de Habré et ces Co accusés à N’Djamena, que le Général Béchir n’a rien à se reprocher et que même pendant les trois mois du procès aucun plaignant ne s’est présenté à la barre, et pire, à chaque fois que le juge appelle à la barre Mr Béchir Ali, le collectif des avocats des victimes de la DDS se retirent de la barre et dit sagement au juge et juré qu’ils n’ont jamais déposé une plainte contre le général Béchir et ils ne le connaissent pas dans ce dossier Habré. Mr François Hollande, on sait que la France ne peut pas s’ingérer dans les affaires judiciaires d’un autre pays à cause de l’indépendance de la justice, mais la question qui s’impose, et vous pouvez demander à votre hôte de ce jour 14 mai, Mr Deby, pourquoi a ton jugé et emprisonné un innocent.

Le général Béchir Ali Haggar, pourquoi cet homme a été incarcéré 2 h de temps après votre départ de N’Djamena, et quel article du Code pénal tchadien à condamné le général Béchir Ali Haggar ? Nous voulons sincèrement que vous posiez ces questions pour l’histoire, sinon le jour J, nous allons faire appel à vous devant une juridiction internationale pour répondre à ces questions. Pourquoi la France est devenue sourde depuis le début du procès de la DDS et de Habré à N’Djamena, pourquoi la France n’a jamais daigné lever un seul doigt pour demander ce qui a été fait pendant ce procès pourtant historique pour le Tchad et la France étant partenaires privilégiés dans les affaires Franco-Tchadienne.

Nous avons déjà fait des démarches auprès des juridictions internationales, Amnesty International, la ligue mondiale de droit de l’homme et tant d’autres organisations, pour que ce dossier soit au moins regardé et révisé. Mr hollande on sait très bien que même si on envoi des lettres sur la boîte postale de l’Élysée, elles seront lettres muettes, c’est pour cela nous utilisons le net comme ultime recours à notre demande, nous demandons la libération pure et simple de notre père jugé et incarcéré illégalement dans les geôles du dessert du Tchad (Moussoro) depuis quelques mois. En vous souhaitant une bonne réception, Mr le président de la République française, nous osons espérer que vous allez nous donner une réponse à nos questions.

Les enfants du Général Béchir Ali Haggar, emprisonné illégalement suite au procès de la DDS et Habré organisé au Tchad.