Cameroun : Incendie d’une mairie en France, lettre à Bertrand Teyou, le suspect

Exemple de bannière pour articles
par François Zoomevele Effa
Photo incendie mairie de Besançon
Incendie de la Mairie de Besançon par un réfugié politique d'origine camerounaise

Les journaux, les radios les télévisions et les réseaux sociaux sont tous en effervescence, racontant que toi, réfugié politique d'origine camerounaise, tu as jeté hier jeudi 25 juin, deux cocktails Molotov au rez-de-chaussée de l'hôtel de ville, provoquant un incendie.

Tu as demandé à l'employée de sortir avant de commettre ton délit, ta folie. Je t'écris cette lettre pour te demander que, c'est quoi même ça? Tu es en ce moment au commissariat, et tu seras certainement transféré ou en prison, ou à l'hôpital psychiatrique. Les faits qui te sont reprochés ne sont pas au conditionnel. Les caméras de vidéosurveillance et les témoins oculaires t'accablent. Je compte bien que tu répondes afin que l'on puisse comprendre quelle mouche t'a piquée.

Je t’appelle frère car, malgré ton statut de réfugié politique, nous venons d'un même pays, et un adage de chez nous dit qu'on est obligé d'avaler le sang coulant d'une blessure de sa propre langue. Je t'ai connu il y quelques mois, et tu m'as raconté ton parcours de militant, d'activiste, et d'écrivain, notamment de La Belle de la république bananière, Chantal Biya de la rue au palais.

Pour le journaliste que je suis, je t'ai invité dans mon émission «Bonjour l'Afrique». Nous avons parlé à bâtons rompus de toi, de tes œuvres de tes projets; des auditeurs sont même intervenus, te posant des questions. Mais, tu nous as tués, nous les Camerounais, les Africains, les Noirs. Après les exploits macabres de Koulibali, nous ne sommes pas beaucoup en odeur de sainteté ici. Il y a les amalgames, le racisme qui monte dans ce pays, et tu trouves l'occasion de donner des dents et des arguments au Front National et autres partis de droite qui se spécialisent dans la xénophobie afin d'avoir des voix électorales!

Le Directeur de la sécurité publique départementale déclare: «l'individu, connu pour être revendicatif de nos services, s'est présenté avec un acolyte à l'hôtel de ville, a demandé à l'employée présente de sortir avant de jeter deux cocktails Molotov dans la mairie....ce réfugié politique d'origine camerounaise souhaitait ouvrir une maison d'édition. Il avait sollicité les collectivités locales et une association d'aide à la création d'entreprises l'A.D.I.E. Mais il estimait que l'accompagnement qu'il avait n'était pas suffisant. Il avait effectué deux sit-in à l'hôtel de ville, obligeant la police à intervenir pour l'évacuer. Il aurait menacé de tout faire brûler si ses revendications n'étaient pas écoutées, et faisait l'objet d'une procédure pour menaces sur agent chargé de service public, et devait être convoqué ultérieurement devant la justice».

Et c'est Le Vice Procureur de la République, Mme Margaret PARIETTI, qui dit que tu as été examiné dans le cadre de cette procédure par un médecin qui avait conclu que tu étais certes logorrhéique - tu parlais beaucoup - mais que tu ne représentais pas de pathologie psychiatrique. Frère, je ne te cache pas, et tu t'en doutes, que la diaspora noire est très fâchée contre toi. Tu t'en es pris au symbole de la République, qui t'a accordée l'asile. Tu as mis à feu un bâtiment du patrimoine historique de la ville, construit en 1330 et classé monument historique de l'Unesco. Si tu ne sais pas comment le citoyen français moyen fonctionne ici, sache, pendant longtemps nous les nègres qu'on n’aime pas déjà beaucoup, on va nous assimiler à toi. Certains compatriotes m'ont déjà demandé de faire une marche pour te renier, et dire que nous n'approuvons pas ton geste bref, qu'on se désolidarise de toi. Je trouve que c'est idiot.

Et toi, tu viens d'un pays que tu dénonces, et ce n'est pas le Président BIYA qui comme Sarko de son temps de gloire allait chercher en Afrique des voyous de l'ONG Arche de Zoé quoi qu'ils aient fait disait-il. Vu la manière dont tu as traitée Chantou dans ton livre, je crois qu'on va applaudir à ETOUDI. Il y a un tel amalgame ici! Depuis que les filles du pays sont les prostituées majoritaires de cette ville comme d'autres en France, les femmes africaines se font traiter comme des putes en ville, même en plein jour. Je ne sais pas comment ça va se passer pour toi, mais je sais que tu as beaucoup de chance de te voir retirer ton droit d'asile. C'est dommage que tu ne sois pas chrétien, à moins que tu me l'aies dit pour la frime, mais tu es dans mes prières. Cependant, je ne sais pas trop si je te salue ou pas et de quelle façon!!!

François Zoomevele Effa