Point de vue, Afrique Media, la chaine dite panafricaine

Exemple de bannière pour articles
par Éditeur
Afrique Media Télévision

Nombreux sont ceux qui aujourd’hui au Cameroun et en Afrique vénèrent cette nouvelle chaîne de télévision qui se veut panafricaine.

Elle-même se décrit comme la chaîne qui éveille les consciences des Africains sur les malveillances des occidentaux. Mais à bien y regarder, le panafricanisme se limite-t-il à s’opposer aux occidentaux ?

Le soutien aux dictatures africaines

Afrique Média apporte aujourd’hui un soutien effrayant à différents dictateurs africains qui terrorisent leur peuple et sont prêts à tout pour se maintenir au pouvoir. On se souvient de la récente déclaration d´un président âgé de 82 ans qui déclarait devant le monde entier : « Ne dure pas au pouvoir qui peut, mais dure qui peut ». On ne peut comprendre que ce soutien d’Afrique Média, vu que les financeurs ne sont autres que ces mêmes dictateurs. Lire cet article très édifiant de Boris Bertoldt sur le financement d’Afrique Média.

L’occident, source de tous nos malheurs ?

L’objectif ici n’est pas de dédouaner l’occident de toute responsabilité dans la situation catastrophique de l’Afrique, car il est en partie responsable. Mais il faut également se dire, si tu me dupes une première fois et si à la deuxième fois je ne fais pas attention, alors je suis aussi responsable de m’être laissé duper deux fois par toi. Tout le monde sait qu’il est tellement plus facile face à une réalité dure de trouver les autres comme étant boucs émissaires et coupables. Il est souvent très difficile de se mettre soi-même en question, mais tellement plus facile de donner le tort aux autres.

Pour Afrique Média, l’occident serait alors responsable de tout ce qui nous arrive. C’est à cause de l’occident que Paul Biya, sa famille, ses proches et ses multiples collaborateurs se rendent chaque année, au moins deux fois l´an, à l’hôtel Intercontinental pour y séjourner aux frais du contribuable camerounais. Sur ce même site vous trouverez tellement d’articles détaillants les coûts de ces séjours. Est-ce à cause des occidentaux que nous n’avons pas de routes bitumées au Cameroun, même si bizarrement c’est lorsque ces occidentaux viennent que l’on trouve le moyen de bitumer l’axe par lequel ils passeront pour faire bonne figure? Certaine populations riveraines souhaitaient d’ailleurs que François Hollande vienne très souvent au Cameroun afin que les routes soient entretenues et éclairées.

C’est toujours à cause des occidentaux que la population camerounaise meurt tous les jours faute de soins adéquats et par manque d’infrastructures hospitalières, pendant que notre cher président n’hésite pas lui, en cas de besoin, à aller chez ces occidentaux se faire soigner. On se souvient d’ailleurs il y a quelques mois, du Directeur du CHU de Yaoundé qui est allé se faire soigner en France, car lui-même ne fait pas confiance à la structure hospitalière qu’il dirige. Tout un symbole ! Est-ce toujours la faute des occidentaux?

Non loin de chez nous, juste à côté, on a l’autre dictateur Obiang Nguema. Ce dernier traque depuis des années des opposants qui pour certains n’ont pas vu leur pays depuis plus de 30 ans car réfugiés en Europe, notamment en Allemagne. Il finance des carnavals dans des pays étrangers à hauteur de milliards de francs CFA. Quand on sait que son pays n’a que 800.000 habitants, ceux-ci devraient pouvoir bénéficier de la manne pétrolière de ce « petit » pays. C’est toujours à cause de l’occident que cela ne se fait pas?

Le cas gabonais est alors la honte en elle-même. C’est l’occident qui demande à un président de payer pour des millions de francs un footballeur pour qu’il vienne passer quelques heures dans un pays où la population peine à se nourrir. Sans oublier que ce dernier s’est transformé en chauffeur du même footballeur. Est-il besoin d’évoquer également le luxe dans lequel cette famille vit loin de la paupérisation de sa population? Est-ce toujours sous les ordres des occidentaux ?

Ne faut-il pas repenser le panafricanisme?

A suivre la logique d’Afrique Média, le panafricanisme se limiterait à haïr les occidentaux et à les chasser pour toujours de l’Afrique. À bien y penser, ceci est-il possible ? Peut-on vraiment à l’heure de la mondialisation vivre ainsi ?
« Le panafricanisme n'est pas du racisme. Le panafricanisme n'est pas la xénophobie. Le panafricanisme n'est pas l´ethnicisme. Le panafricanisme n'est encore moins un chèque en blanc octroyé aux dictatures. Le panafricanisme est à la fois un mouvement politique prônant l'unité du continent, une philosophie de l'esthétique de la pensée africaine et du devenir de la "race" noire. L'objectif à terme est de pouvoir rendre au continent africain et à fils et filles cette fierté perdue suite à notre rencontre violente avec l'occident (esclavage, colonisation), mais également entraîner notre "retour à l'humanité" pour parler comme Césaire ou notre " sortie de la grande nuit", telle que vue par Fanon et repris par Mbembe, précise Boris Bertoldt dans son article cité plus haut.

Le panafricanisme ne devrait donc pas se limiter à décrier les occidentaux, mais surtout à cultiver des valeurs du vivre ensemble déjà entre nous Africains

Avant de rejeter la faute à l’autre, apprenons déjà à nous aimer les uns les autres. Combien d’entre nous sont jaloux de voir le voisin évoluer ? Combien de noirs tuent leur frère pour rien ? Ayons le courage de nous regarder dans un miroir et de changer profondément nos habitudes, après on pourra parler de vrai panafricanisme.

Si Afrique Média veut une vraie mission, celle-ci serait d’abord de sensibiliser les Africains sur la nécessité du vivre ensemble. Arrêtons de ne toujours penser qu’à soi-même, comme fait toute notre classe dirigeante africaine.

L’union Africaine n’existe aujourd’hui que de nom, mais que fait-elle vraiment pour promouvoir l’union en Afrique? L’exemple libyen parle de lui-même.

© correspondance particulière : Sylvain Djongue