Cameroun : Encore des journalistes en danger

Exemple de bannière pour articles
par Dewa Aboubakar
Alamine Ousmane Mey, Ministre camerounais des finances ǀ © archives

La liberté de la presse est menacée. Les journalistes de la région de l’'Adamaoua ont fait le triste constat ce vendredi, 9 Septembre 2015.

Les journalistes Jean Akoum Amiri, journaliste au bihebdomadaire « L'Oeil du Sahel » dans la région de l'Adamaoua, et  Dewa Aboubakar, correspondant d'Africa Info dans le  Grand Nord Cameroun sont depuis quelques jours  en danger.

Ces derniers sont pris pour cibles par des agents en service au centre régional des impôts de l'Adamaoua.

En effet, dans la matinée du 09 Septembre, les deux journalistes ont reçus la visite d'un certain Afidingsou Balam dont le nom est cité avec beaucoup d'insistance dans plusieurs cas de malversations financières.

Accompagné d'un autre responsable des Impôts, ils ont investi  le siège de l'agence régionale de l'Oeil du sahel pour l'Adamaoua où se trouvaient les deux confrères.

 « Ils sont venus nous remettre des droits de réponses. Seulement, ces derniers ne se sont pas limités à cela », a expliqué jean Akoum Amiri, ajoutant qu'« Ils ont profités de l'occasion pour nous menacer ».

 Selon ce dernier, le sieur Afidingsou Balam a promis de rendre la vie dure aux journalistes qu'il pourchassait depuis plusieurs jours déjà.

« Le gars qui est venu avec Balam m’a même dit qu'il m'attendrait dehors pour me régler mon compte et que j'allais voir moi-même, ce qu’il me réserve », a expliqué pour sa part Dewa Aboubakar le correspondant d'Africa Info dans le grand Nord.

« Face aux refus des deux journalistes de livrer leurs sources, leurs visiteurs ont menacer  d’en découdre avec  Dewa Aboubakar », a témoigné  Bello Bassockdou, distributeur des journaux dans la ville de N'Gaoundéré.

En effet, dans leurs différentes publications, les journalistes avaient révélés des faits d'escroquerie et d'arnaque qui ont fait leur lit au centre régional des impôts de l'Adamaoua. Le vaste réseau serait orchestré par Afidingsou Balam qui agirait de mèche avec le chef de centre régional, Menguélé Jean Paul.

Les deux auraient établis de faux listings de tous les transporteurs de la ville de N'Gaoundéré. « Ces derniers cibles les prestataires dont la situation fiscale est défaillante pour se faire de l'argent », a-t-on appris de sources introduites.

Pour pérenniser ces magouilles, le patron des impôts de cette  région aurait  muté plusieurs de ses collaborateurs dans des services déconcentrés.

Il y’a quelques jours, une mission de contrôle des services centraux a effectué une descente au centre régional des impôts de l'Adamaoua à l'effet de voir de plus près les casseroles que traine Afidingsou Balam.

Dewa Aboubakar, Africa Info