Togo : Médias, le pouvoir durcit le ton

Exemple de bannière pour articles
par BBC Afrique
La secrétaire générale de l'Union des journalistes indépendants du Togo, Patricia Adjissekou, a exprimé son inquiétude. ǀ © image oeilaafrique.com

Le Parlement togolais vient d'adopter un nouveau code pénal qui prévoit des peines de prison en cas de délits de presse. Cette disposition met ainsi fin à dix ans de dépénalisation criminelle.

Selon l'article 497 de ce code, la publication, la diffusion ou la reproduction de nouvelles fausses est punie d'une peine d'emprisonnement de 6 mois à 2 ans.

Huit organisations de journalistes ont déjà dénoncé ce nouveau code.

La secrétaire générale de l'Union des journalistes indépendants du Togo, Patricia Adjissekou, a exprimé son inquiétude.

« Cela fait craindre une régression intolérable en matière de liberté de la presse », a-t-elle déclaré à BBC Afrique.

« Nous allons passer par des moyens de lobbying ou de plaidoyer afin que notre code de la presse fasse foi et qu’aucun journaliste ne soit emprisonné », a-t-elle assuré.

© BBC Afrique