Cameroun : Séquestration, torture et violation des droits de l’homme

par BB
M. PENDA EKOKA est quant à lui maintenu en garde à vue au SED (Secrétariat d'État à la Défense, c'est la gendarmerie nationale du Cameroun) avec quelques personnes. | © Photo archives

“M. PENDA EKOKA est quant à lui maintenu en garde à vue au SED (Secrétariat d'État à la Défense, c'est la gendarmerie nationale du Cameroun) avec quelques personnes, comme messieurs DJAMEN Célestin et NGANKAM Pierre Gaétan qui ont été kidnappés dans leur lit d'hôpital pendant leur traitement.

Pour blessures graves résultant de la fusillade provoquée par les forces de l'ordre, lors du début de la marche blanche du 26 janvier 2019 à Douala.

Hormis M. PENDA EKOKA qui a pu se faire assister par un avocat lors de son audition, tous les autres détenus au SED n'ont pas pu bénéficier du droit à un avocat et sont encore plus en situation d'isolement total.

Depuis lors, la gendarmerie interdit tout accès, même aux avocats, à cet endroit qui appartient au reste du statut de prison secondaire. Notez que toutes ces personnes sont privées de soins médicaux malgré l'état de santé alarmant de plusieurs d'entre elles et les visites familiales.

À Yaoundé et le 26 janvier 2019, 17 (17) manifestants ou présumés manifestants ont été arrêtés et emmenés au poste de police central n ° 1 de la ville, parmi lesquels MM. Paul Eric KINGUE et ABE ABE Gaston dit Valsero.

Ces deux leaders d'opinion ont été transférés au GSO, tandis que les autres ont fait l'objet de 12 mandats de détention provisoire à la prison centrale de Kondengui à Yaoundé le 31 janvier 2019. Ces personnes ont comparu à l'audience pour les infractions flagrantes du 1er février 2019 avant que l'affaire ne soit différée au 15/02/2019 malgré la présence d'avocats et la déclaration d'accusés qui se sont dits prêts à se défendre. Ils sont poursuivis pour rassemblement, rébellion de groupe et manifestation illégale.

Le 28 janvier 2019, alors qu'il s'efforçait de retrouver le chef de son parti déporté à Yaoundé, le professeur Alain FOGUE TEDOM a été invité à se présenter au poste de police central n ° 3 où il sera placé en détention sans préavis, transféré au GSO où il a entamé une grève de la faim avec plusieurs autres détenus.

En ce qui concerne MM. Paul Eric KINGUE (ancien directeur de campagne de KAMTO Maurice) et ABE ABE (connu sous le nom de Valsero, leader d'opinion), il convient de mentionner que le 1er a été arrêté devant le supermarché DOVV le 26 janvier 2019 avant le début de la marche blanche et à plus de 02 km du lieu de la manifestation alors que le 2e n’a pas participé à la marche.”

Extrait du rapport des avocats sur les violations des droits des personnes arrêtés et déportées à Yaoundé.
BORIS BERTOLT