Soudan : Le président destitué et détenu par l’armée

Exemple de bannière pour articles
par www.ouest-france.fr
Fin de parcours pour le dictateur soudanais Omar Al Bashir. Le dictateur camerounais Paul Biya attend tranquillement son tour. | © Photo archives

Les organisateurs de la contestation antigouvernementale au Soudan ont appelé jeudi les habitants de Khartoum à se rendre massivement devant le QG de l’armée dans la capitale, après que des médias étatiques eurent indiqué que l’armée allait faire « une déclaration importante bientôt ».

Des militaires ont aussi été déployés aux points clés de Khartoum. Le président a destitué et est détenu par l'armée.

La télévision publique soudanaise a déclaré tôt jeudi que les forces armées s’apprêtaient à faire une annonce importante, ce qui a alimenté la rumeur d’un coup de force en cours contre le président Omar el Béchir, au pouvoir depuis 1989 et contesté par la rue depuis décembre.

Omar el Béchir a été destitué et est détenu par l'armée. Des consultations étaient en cours jeudi sur la formation d’un conseil de transition, alors même que l’armée a pris position sur les ponts de la capitale et dans les grandes artères.

Le président Omar el Béchir a été placé en résidence surveillée, tout comme plusieurs chefs des Frères musulmans, a rapporté la chaîne de télévision Al Hadath. Cette chaîne basée à Dubaï a précisé que l'information lui venait d'Al Sadeeq Sadiq al Mahdi, fils du dirigeant de l'opposition soudanaise Sadiq al-Mahdi.

« Nous appelons notre peuple à travers la capitale Khartoum et la région autour à se rendre immédiatement dans le secteur des rassemblements et de ne pas en partir avant la publication de notre prochain communiqué », a indiqué l’Association des professionnels soudanais dans un communiqué. Des milliers de manifestants sont déjà rassemblés devant le siège de l’armée à Khartoum pour le sixième jour consécutif.

Les organisateurs de la contestation antigouvernementale au Soudan ont appelé jeudi les habitants de Khartoum à se rendre massivement devant le QG de l’armée dans la capitale, après que des médias étatiques eurent indiqué que l’armée allait faire « une déclaration importante bientôt ». Des militaires ont aussi été déployés aux points clés de Khartoum. Le président a destitué et est détenu par l'armée.

La télévision publique soudanaise a déclaré tôt jeudi que les forces armées s’apprêtaient à faire une annonce importante, ce qui a alimenté la rumeur d’un coup de force en cours contre le président Omar el Béchir, au pouvoir depuis 1989 et contesté par la rue depuis décembre.

Omar el Béchir a été destitué et est détenu par l'armée. Des consultations étaient en cours jeudi sur la formation d’un conseil de transition, alors même que l’armée a pris position sur les ponts de la capitale et dans les grandes artères.

Le président Omar el Béchir a été placé en résidence surveillée, tout comme plusieurs chefs des Frères musulmans, a rapporté la chaîne de télévision Al Hadath. Cette chaîne basée à Dubaï a précisé que l'information lui venait d'Al Sadeeq Sadiq al Mahdi, fils du dirigeant de l'opposition soudanaise Sadiq al-Mahdi.

« Nous appelons notre peuple à travers la capitale Khartoum et la région autour à se rendre immédiatement dans le secteur des rassemblements et de ne pas en partir avant la publication de notre prochain communiqué », a indiqué l’Association des professionnels soudanais dans un communiqué. Des milliers de manifestants sont déjà rassemblés devant le siège de l’armée à Khartoum pour le sixième jour consécutif.

En début de semaine, des militaires sont intervenus dans le centre de Khartoum pour protéger les milliers de manifestants antigouvernementaux qui faisaient un sit-in devant le siège du ministère de la Défense et que des agents des services de sécurité et de renseignement cherchaient à disperser.

Les services de renseignement et de sécurité soudanais ont annoncé jeudi la libération de tous les prisonniers politiques que compte le pays, rapporte l'agence de presse officielle Suna.

Au moins 11 personnes ont trouvé la mort dans des affrontements mardi, dont six membres des forces armées. « Les forces armées vont faire une annonce importante sous peu. Soyez-y prêts ! », a déclaré la télévision d’État, sans donner d’autres précisions. Tandis que la population attendait cette annonce, la radio-télévision nationale diffusait jeudi matin de la musique patriotique. Les manifestations se succèdent au Soudan depuis le 19 décembre.
Des véhicules militaires déployés

Au départ, les manifestants dénonçaient la forte hausse du paix et l’inflation, dans un contexte de grave crise économique provoquée en partie par des années de sanctions américaines et par la perte d’une bonne partie des revenus pétroliers depuis la sécession du Soudan du Sud en 2011. Peu à peu, le mouvement a tourné à la contestation politique contre le président Béchir.

Des véhicules militaires soudanais étaient déployés jeudi matin sur les ponts enjambant le Nil et dans les grandes artères de la capitale, Khartoum, où des gens scandaient « Il est tombé, nous avons gagné ! » à propos du président Omar el Béchir, a rapporté un journaliste de Reuters.

Peu après, des militaires ont effectué une perquisition au siège d’un mouvement islamiste dirigé par le président soudanais.

Source : www.ouest-france.fr