Cameroun : crime d'état, Ferdinand Ngoh Ngoh et la France sacrifient les soldats du 10 juin

Exemple de bannière pour articles
par Kand Owalski
KO : « J'accuse Monsieur Ngoh Ngoh Ferdinand d'avoir assassiné les 17 soldats qu'on dit avoir été abattus par Boko-Haram, un Boko-Haram fabriqué de toute pièce. » | © Photo archives

J'accuse Monsieur Ngoh Ngoh Ferdinand d'avoir assassiné les 17 soldats qu'on dit avoir été abattus par Boko-Haram, un Boko-Haram fabriqué de toute pièce.

À l'heure où toute la communauté internationale se sent préoccupée par l'état délétère de la crise en zone anglophone, à l'heure où cette communauté internationale s'éloigne du régime essoufflé de Biya qui veut à tout prix se réinventer sur le sang des camerounais, à l'heure où les regards de tous les camerounais sont penchés vers la résolution de la crise anglophone, Ngoh Ngoh en complicité avec certains généraux du bataillon d'intervention rapide et avec la France ont décidé de sacrifier 16 jeunes gamins sous le chapeau d'une attaque de Boko-Haram.

Ce qu'on a vu, ce sont des corps de soldats qui ont sûrement été assassinés par balles mystiques puisque des impacts de balles ne figurent nulle part sur leurs cadavres exposés comme des trophées et filmés par d'autres soldats.

Comment une attaque de l'envergure qu'on a décrit aux Camerounais n'a-t-elle pas pu laisser des impacts, des trous rouges sur les corps alors que de simples balles en caoutchouc ont pu perforer celui de Michèle Ndoki?

Ce qu'on n'a pas vu ce sont les corps des 80 terroristes qu'on dit avoir neutralisé au cours de l'attaque. On n'a pas vu les soldats blessés du Cameroun alors qu'ils ont été capables de nous montrer les corps dénudés des soldats tués. Supputations ? Peut-être pour vous...

Pour moi il s'agit bel et bien d'un complot d'État visant à éloigner les regards de la communauté internationale sur le génocide en cours dans les régions anglophones, pour les focaliser essentiellement sur une situation qu'on a soi-même fabriquée.

Le régime assassin de Monsieur Biya piloté en ce temps par Ferdinand Ngoh Ngoh sait que dès qu'il s'agit de l'Etat islamique l'Europe mais surtout les USA, qui ont récemment réduit leur soutien militaire au Cameroun, se sentent personnellement touchés et ne peuvent rester indifférents.

Le régime assassin qui a moqué la réduction de l'aide américaine tente par ce crime crapuleux de la reconquérir...

Par ailleurs, comme pour maquiller une salle de crimes des voix se sont levées pour indiquer la diversité sur les origines ethniques de ces agneaux sacrifiés bien que chacun en lisant les noms peut constater qu'il s'agit, mais très curieusement, pour 45% soit 7 sur 16, de soldats issus des régions anglophones. Quelle coïncidence !!!

Le NoSo c'était jusqu'en 2016 20% de la population et moins de 20% de l'armée Camerounaise. Pourquoi subitement, pour une première fois ce sont les soldats issus de cette ère qui figurent en majorité parmi les ASSASINÉS?

Et si l'on cherchait à comprendre ce que cache un tel choix, dirions nous que cela se situe dans la continuité du génocide et de l'épuration ethnique en cours ou qu'il se situe dans la logique de la manœuvre du système néocolonial de Biya qui consiste simplement montrer à la communauté internationale que même à l'extrême-nord il y'a des anglophones qui meurent tués par l'Etat islamiques qu'elle répugne tant?

Je crois qu'il s'est agi du "une pierre deux coups". En tuant ces soldats anglophones les criminels d'État ont PEUT-ÊTRE voulu réduire le nombre de soldats passible de dissidence mais surtout surfé sur la fibre sentimentale de ceux des pays hexagonaux marqués au fer par une compassion vis-à-vis du peuple camerounais Anglophone.

Le message cynique de ces criminels seraient donc : ''l'Etat Islamique s'attaque à vos protégés'' "venez sauver vos protégés anglophones de l'État islamique".

Dans un autre cas n'est-il pas possible qu'ils aient voulu montré aussi, mais stupidement, que l'armée qu'on accuse de génocide en zone anglophone est constituée de nombreux anglophones?

Par ailleurs, comment comprendre que depuis que des soldats tombent par dizaines dans cette zone, depuis qu'ils tombent dans le NoSo, Paul Biya n'ait jamais pris sur lui de décréter une journée de deuil national? Quelle serait la spécialité et la spécificité de ceux-ci ? Y'aura-t-il une journée de deuil National à part pour les soldats récemment tombés au nord-ouest suite à l'explosion d'une mine artisanale ?

C'est un crime d'État soutenu par la France, une manigance comme il en a toujours eu dans cette guerre contre un Boko-Haram imaginaire, entretenu par ceux-là qui ont trouvé dans la guerre un moyen de s'enrichir : économie du crime.

Un Boko-Haram imaginaire qui n'a jamais revendiqué ladite attaque ; et d'ailleurs, si l'on se posait cette question : quel serait l'intérêt visé par une secte islamique au Cameroun ?

Ce qu'on n'a jamais dit c'est qu'il existe une équipe d'assassins au sein de l'armée Camerounaise qui est au service des intérêts des pontes du régime Biya et de certains généraux.

Ceux là assassinent d'autres soldats pour des fins bien précises et en sont financièrement récompensés. Cela a régulièrement eu lieu à l'extrême-Nord, et récemment dans le NoSo et est l'une des raisons pour lesquelles ils ne veulent surtout pas que la guerre s'achève.

J'invite et j'implore d'autres soldats Camerounais à sortir de leur silence pour dénoncer ces crimes crapuleux. Vous n'êtes pas du bétail. Vous pouvez communiquer vos témoignages anonymement.

Vos collègues sont tués sous votre silence et un jour vous mourrez sous le silence des autres. Vous savez comment sa fonctionne...un jour ils vous envoient en mission spéciale et vous n'en revenez plus jamais.

Aux parents des soldats assassinés je vous demande de réclamer vos enfants au régime Biya qui les a sacrifiés par pure égoïsme. Il n'a jamais été question de Boko-Haram.

Kand Owalski