Cameroun : Opération " coup de poing " à l'hôtel Intercontinental de Genève

Exemple de bannière pour articles
par J.P. REMY NGONO
Aux dernières informations, le chef d'État camerounais aurait demandé à la France de l'accueillir, mais pas à Paris. Il pourrait se réfugier à Grenoble. Pour l'instant, il est toujours bloqué à l'hôtel Intercontinental. | © Photo archives

Un commando de la Brigade Anti-Sardinards a réussi à faire une incursion à l'établissement où se cache Paul Biya.

Malgré les sentinelles et les services de renseignement postés aux alentours de l'hôtel, les éléments de la BAS sont entrés en force à 11 heures.

Les affrontements ont eu lieu entre les éléments de la sécurité présidentielle et ceux de la BAS.

L'ambassadeur du Cameroun à Genève, après avoir demandé aux militants du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, parti au pouvoir) d'aller secourir leur président ce samedi, appelle maintenant les autorités helvétiques de protéger Paul Biya retranché dans sa suite présidentielle. Mais les forces de sécurité suisses ne sont pas arrivées.

La BAS s'est déjà repliée et a donné un ultimatum de 24 heures à Paul Biya de libérer l'hôtel. Aux dernières informations, le chef d'État camerounais aurait demandé à la France de l'accueillir, mais pas à Paris.

Il pourrait se réfugier à Grenoble. Pour l'instant, il est toujours bloqué à l'hôtel Intercontinental.

La journée de samedi sera la bataille finale. Des centaines, voire des milliers de Camerounais de la diaspora promettent faire une descente musclée à Genève pour déloger le dictateur camerounais malade, qui a pris presque tout l'hôtel pour loger sa famille et ses forces de sécurité qui n'ont pas été autorisées d'entrer avec les armes en Suisse.

J. RÉMY NGONO