Cameroun : Grégoire Owona, va te faire foutre

Exemple de bannière pour articles
par BB
Monsieur Grégoire OWONA vous êtes caractérisé par l’amnésie des jouisseurs. Croyez vous un tant soit peu que d’un point de vue moral et politique les camerounais raisonnables peuvent accorder le moindre crédit à vos élucubrations. | © Photo archives

Voici ce qu’écrit Grégoire Owona, l’un des architectes de l’arrestation de Maurice KAMTO ce matin:

 “A tous nos compatriotes adeptes de la haine et de la violence, je voudrais vous prier d'arrêter... Rappelez-vous de la main tendue du

Président de la République... le règne de la paix est à notre portée... l'appel au pardon doit être entendu par tous. Arrêtez les violences, la

provocation, le mépris des institutions... Le pays est debout et doit continuer d'avancer !!!”

Mon commentaire:

Monsieur Grégoire OWONA vous etes caractérisé par l’amnésie des jouisseurs.

Croyez vous un tant soit peu que d’un point de vue moral et politique les camerounais raisonnables peuvent accorder le moindre crédit à vos elucubrations. Je vous fais juste un petit rappel:

- Vous avez refusé le dialogue pour tuer plus de 5000 anglophones.

- Nous avons actuellement plus de 50000 réfugiés au Nigeria sans compter les déplacés internes dont des jeunes filles qui se prostituent à Yaoundé et Douala.

- Vous avez arrêté et maltraité Maurice KAMTO et les leaders de sa coalition qui ont toujours tenu un discours de paix.

- Vous avez envoyé en prison près de 500 prisonniers politiques des jeunes. Après les avoir torturé dans les commissariats, polices judiciaires et au SED

- Vous avez lancé toute une campagne de haine contre les Bamileke à travers vos médias télés vision 4 et CRTV, vos stations radios et vos journaux poubelles. Vous avez menez des arrestations au faciès.

Ce simple tableau suffit pour vous demander d’aller vous faire foutre.

Vous continuer à tuer dans la zone anglophone, à brûler des villages, à arrêter des jeunes et envoyer en prison pour leurs opinions politiques et vous venez me parler de dialogue, main tendue et de paix.

Mon œil wesh.

Vous êtes des criminels et des sauvages.

BORIS BERTOLT