Cameroun : Maurice Kamto et les membres de la coalition bientôt assassinés par des mercenaires de Biya

Exemple de bannière pour articles
par BB
Afin que nul n'en ignore, l'administration de la prison principale de Yaoundé a été priée de tout faire pour préserver la vie du président élu Maurice KAMTO et celle de tous les prisonniers politiques en transférant le détenu "général" ailleurs ou en transférant plutôt le président élu Maurice KAMTO et ses compagnons. | © Photo archives

Le gouvernement infiltre des mercenaires à la prison principale de Kondengui à Yaoundé, la capitale pour neutraliser Maurice Kamto et les membres de la coalition.

Il y a quelques jours je vous informais que la vie de Maurice Kamto était en danger. Cette fois les sauvages de Yaoundé semblent être passés à l’action.

En effet, les proches des détenus politiques du MRC et de ses alliés actuellement incarcérés à la prison principale de Yaoundé qui leur ont rendu visite le mardi 30 juillet 2019 sont répartis très inquiets. Car ils craignent pour la vie des prisonniers politiques.

Le week-end dernier, un contingent de 56 prisonniers de la prison centrale Kondengui sont arrivés à la prison principale de Kondengui où sont détenus Maurice Kamto et les autres membres de la coalition. Mais trois semaines avant une première vague de transfert de 26 prisonniers de droit commun avait eu lieu.

Parmi eux un brigand surnommé "général", récidiviste. Dès son arrivée ce dernier a été curieusement affecté comme portier et a commencé à rançonner les familles des prisonniers politiques. Ainsi, il a tenté sans succès d'extorquer de l'argent à Paul Éric Kingue. Puis s’est retourné vers Albert DZONGANG.

Il a demandé avec insistance à M. DZONGANG de lui donner de l'argent. Face au refus de ce soutien de Maurice Kamto, il a dit qu'il allait le tuer et faire kidnapper ses enfants.

C'est grâce à l'intervention énergétique d’Alain Fogue que ce dernier n'a pas été lynché par de nombreux codétenus furieux contre lui. En réaction, l'administration lui a interdit l'accès à la cour les jours de visite.

Lundi 29 juillet 2019 vers 18 heures, ce dernier, vêtu d'une chemise à l'effigie de Paul Biya, casquette et écharpe assorties, est venu doigter furieusement Albert DZONGANG en proclamant " je vote Paul Biya". S'en est suivi une levée de boucliers des autres détenus, excédés par les provocations publiques de "général".

C'est encore Alain Fogue qui lui a sauvé la vie. La réaction énergique de nombreux détenus tient au respect qu'ils vouent à Albert DZONGANG qui au sein du pénitencier devenu le goulag de Paul Biya est considéré comme un patriarche.

L'administration est saisie de cette énième provocation publique de ce détenu, manifestement en mission commandée contre Maurice KAMTO et ses compagnons arbitrairement incarcérés à la prison principale de Yaoundé.

Afin que nul n'en ignore, l'administration de la prison principale de Yaoundé a été priée de tout faire pour préserver la vie du président élu Maurice KAMTO et celle de tous les prisonniers politiques en transférant le détenu "général" ailleurs ou en transférant plutôt le président élu Maurice KAMTO et ses compagnons.

En réalité, le gouvernement tente maladroitement de résorber l'épineuse question de la surpopulation carcérale à la prison centrale de Kondengui qui s'explique avant tout par la volonté des magistrats d'ignorer systématiquement le Code de procédure pénale et de décider, par paresse professionnelle ou par intérêt personnel, de l'incarcération mécanique des personnes - par le transfèrement de dizaines de détenu de la prison centrale de Kodengui à la prison principale Kondengui.

C'est dans le cadre de ces transferts suspects que, manifestement, le régime du dictateur génocidaire BIYA a décidé de dissimuler "général", et certainement d'autres mercenaires qui pour l’instant jouent le rôle “ d’agents dormants “ pour provoquer le groupe du président Maurice KAMTO et ainsi en profiter pour les assassiner.

Car ces derniers constituent réelle menace pour ce pouvoir sanguinaire. Depuis le fameux contentieux électoral et le déclenchement de la Résistance Pacifique, le régime rêve de les voir disparaître.

BORIS BERTOLT

Ci-dessous les liens Amazon pour acheter Main basse sur la démocratie. Les secrets d’un complot d’Etat contre Maurice KAMTO.
--> En France et Europe le livre coûte 24,50 euros
https://www.amazon.fr/dp/1079933786
--> Aux États-Unis et Canada le livre coûte 27,50 dollars
https://www.amazon.com/dp/1079933786
--> Aux United Kingdom le livre coûte 21, 96 livres
https://www.amazon.co.uk/dp/1079933786
--> En Allemagne le livre coûte 24 , 50 euros
https://www.amazon.de/dp/1079933786