Cameroun : L’avocat Emmanuel Nsalai de la Nsalai Law Firms aux porte de la prison aux USA

Exemple de bannière pour articles
par Michel Biem Tong
Emmanuel Nsalai est le neveu par alliance de Paul Biya (sa mère est une cousine de feu Jeanne Irène Biya, l’ex-Première Dame) a été présenté par les soutiens et la machine à propagande du régime Biya comme la terreur des activistes anglophones vivant aux USA. | © Photo MB

Décidément, le pouvoir de Yaoundé réputé pour être voyou ne fonctionne qu’avec des imposteurs et des délinquants.

C’est le cas d’Emmanuel Nsahlai, un avocat américain d’origine camerounaise mis à contribution par le régime Biya pour introduire des plaintes auprès des juridictions américaines contre des activistes anglophones pour « terrorisme » et « crimes contre l’humanité » en zone anglophone et tout récemment encore contre l’écrivain camerounais vivant aux USA, Patrice Nganang pour appel au génocide.

Ce même avocat qui est le neveu par alliance de Paul Biya (sa mère est une cousine de feu Jeanne Irène Biya, l’ex-Première Dame) a été présenté par les soutiens et la machine à propagande du régime Biya comme la terreur des activistes anglophones vivant aux USA.

En effet, d’après une décision de justice de la United States Bankrupty Court of California (Tribunal de faillite de Californie) du 13 juin 2008 dont nous avons pu avoir copie, Emmanuel Nsahlai est endetté à hauteur de 859 000 dollars, soit 503, 9 millions de FCFA et la majorité de ses créanciers sont des banques auprès desquelles il a contracté des prêts. Pourtant, sa fortune personnelle à cette époque se chiffre à 23 000 dollars (environ 13,492 millions FCFA).

Son revenu mensuel déclaré à ce moment-là se chiffre à 4761 dollars, soit environ 4, 083 millions de FCFA par mois, ce qui par an donne 57 132 dollars, soit environ 33, 514 millions de FCFA par an. Bien minable pour un avocat aux USA notamment dans l’Etat de Californie où le salaire annuel d’un avocat est d’environ 133 000 dollars par an (77,60 millions de FCFA), selon le site internet myfrenchcity.com.

Mais cela ne saurait surprendre. Car à vrai dire, Barrister Nsahlai n’a pas de cabinet d’avocats aux USA. D’ailleurs d’après la décision, c’est l’avocat à titre personnel qui est endetté et non la Nsalai Law Firms qui n’existe nulle part au barreau de l’Etat de Californie.

Les adresses et les numéros de téléphone de la Nsalai Law Firms produits par l’avocat renvoient plutôt à un cabinet d’avocats nigérians basés en Californie, selon une enquête menée par le journal d’investigation Cameroon Intelligence Report l’année dernière.

En un mot comme en mille, Emmanuel Nsahlai, fils de feu Christopher Nsahlai, ancien ministre des Transports et ancien ambassadeur du Cameroun en Centrafrique décédé en avril 2008, n’est ni plus ni moins qu’un imposteur qui ne vit que des dettes aux USA.

De sources proches de la United States Bankrupty Court of California, si d’ici fin 2020, Barrister Nsalai ne paye pas sa dette colossale vis-à-vis du gouvernement américain, il fera l’objet de poursuites judiciaires.

D’autres sources dignes de foi font état de ce que l’avocat a tenté à plusieurs reprises de quitter les USA prétextant de maladies telles que le paludisme, la fièvre typhoïde et la grippe pour se soigner au Cameroun.

Que les Camerounais dotés de bon sens se rendent donc compte de la nature du personnage que le régime Biya et certains journaux camerounais leur ont vanté ces derniers mois : le patron d’un important cabinet d’avocat américain qui poursuit aux USA les leaders séparatistes Tapang Ivo et Chris Anu pour « terrorisme international » et « crimes contre l’humanité ».

Aux dernières nouvelles, les plaintes contre ces deux activistes ont été classées sans suite. C’est après que la Cour de Justice de Californie ait classée le 29 juillet dernier l’affaire contre Chris Anu, secrétaire à la communication du mouvement indépendantiste anglophone basé à Houston, que sa mère et sa sœur ont été kidnappés vendredi 2 août dernier à Yaoundé par la « Gestapo » d’un régime diabolique visiblement frustré par cette décision.

Voilà la réputation du régime Biya que des Camerounais se plaisent à soutenir depuis 37 ans de par leurs actions ou leur silence : un amas de fraudeurs et de faussaires illégitimes qui ne fonctionnent que sur la base du faux et de la manipulation des faibles d’esprit et des naïfs.

Après avoir déclaré une guerre inutile au peuple anglophone le 30 novembre 2017, dépassé sur le front de guerre, Paul Biya, Atanga Nji et tout le gang de voyous et d’extrémistes qui tiennent le Cameroun d’une main de fer se sont attachés les services d’un avocat-débrouillard non seulement pour donner l’illusion aux Camerounais qu’ils sont en train de gagner la guerre en traduisant les « financiers du terrorisme » devant les tribunaux américains, mais aussi pour affaiblir psychologiquement le peuple anglophone en lui donnant l’impression que la cause qu’il soutient est perdue, leurs leaders étant dans les mailles de la justice américaine.

Curieusement, les mêmes journaux camerounais et la page YouTube Ma Kontri Pipo Dem (médaillé d’or de la manip’) qui ont annoncé en grandes pompes début janvier 2019 que Tapang Ivo et Chris Anu sont recherchés par la justice américaine ne sont pas fichus de dire aux Camerounais où est-ce qu’on en est avec ces affaires.

Un lanceur d’alerte sur Facebook proche du régime Biya a même annoncé récemment que le cabinet d’avocats fantôme Nsalaï Law Firms a obtenu le gel des comptes des « financiers du terrorisme » (allusion à certains activistes anglophones) dans certaines banques américaines.

Ne soyons pas surpris d’apprendre dans les prochains jours que près d’un milliard de FCFA du contribuable camerounais ont été versés par le régime Biya à cet avocat-débrouillard pour éponger sa lourde dette envers le gouvernement américain. Surtout qu’il s’agit du « neveu » de
Paul Biya.

Par Michel Biem Tong, web-journaliste en exil