Cameroun : un plan d'escroquerie de 17 millions FCFA aux prisonniers politiques

Exemple de bannière pour articles
par Boris Berthold
Instructions fermes ont d'ailleurs été données à certains prisonniers réputés grands bandits de violenter les ambazoniens et les prisonniers politiques du MRC si jamais ceux ci essayaient de ne pas respecter les consignes du CBDD. Ils sont particulièrement ciblés car ils sont considérés comme ceux qui revendiquent le plus leur droit. | © Photo PRC

Voici le plan du Régisseur HAMADOU MADI et du Chef de Bureau de la Discipline Des Détenus Fabrice AKA'A pour escroquer 17,000,000 (dix-sept millions) aux prisonniers.

Dans les deux sorties du Ministre de la Communication après la mutinerie du lundi 22 juillet à la prison Centrale de Kondengui, il ressort que 177 personnes avaient été interpellées et déportées au SED le lundi 22 juillet puis 67 autres personnes avaient également été interpellées puis déportées quelques jour après la mutinerie.

Soit donc un total de 244 personnes interpellées et déportées pour «exploitation» selon les termes utilisés par le Mincom, porte-parole du gouvernement.

En faveur de la grève de la faim engagée par Ayuk Tabe, en faveur de la sortie musclée du collège des avocats du MRC, en faveur de la campagne

#SHOWTHEMTOUS
#BRINGBACKPRISONERS
#MONTREZLESNOUS
#RAMENEZLESPRISONNIERS

#STOPSAUVAGERIEDETAT lancée sur les réseaux sociaux et en faveur de plusieurs autres pressions, toutes initiées contre le régime pour le contraindre à ramener à Kondengui les prisonniers déportés en toute violation du droit, plusieurs dizaines de ces prisonniers ont regagné Kondengui hier soir par vagues.

Nos sources font état de 203 prisonniers qui ont regagné Kondengui hier soir provenant du SED et du CC-GMI de SOA.

Après avoir été extraits de Kondengui, tous ces prisonniers ont subis des violences et tortures innommables, inhumaines et dégradantes.

Ils ont passés des nuits et des jours sans aucun vêtement, dormant à même le sol régulièrement arrosé de l'eau tel que nous confie l'une des victimes.
T

ous ces prisonniers, après avoir subis toutes ces tortures ont été placés sous mandat de détention provisoire et sont poursuivis au Tribunal de Première Instance (TPI) pour rébellion en groupe, tentative d'évasion en coaction, vol en coaction, destruction en coaction et blessures légères.

On peut encore voir depuis ce matin au tribunal correctionnel d'Ekounou parmi les prisonniers extraits pour le tribunal en rapport avec cette nouvelle affaire, des séquelles de tortures sauvages sur ces derniers.

Comment donc, le Régisseur et le CBDD veulent s'en mettre plein les poches sur le dos des prisonniers ? Une somme de 17,000,000 qu'il importe de rappeler ?

À leur retour en prison, les prisonniers se sont vus interdire l'accès à leur local. Les résidents du quartier 8 du Kosovo ont été mutés au quartier 9 (qui est le deuxième quartier du Kosovo) et réciproquement tandis que tous ceux qui étaient résidents des quartiers 1 et 3 ont été mutés dans les quartiers 8 Et 9 du Kosovo.

La mutation disciplinaire d'un quartier pour un autre à Kondengui signifie la perte de tout ce que tu avais dans ton précédent quartier.

Petit exemple pour que l'on se comprenne bien. Lorsque tu es résident Par exemple au quartier 1 voici le minimum des dépenses que tu effectues :

1--Droits locaux : 25000 (NB : dans certains locaux, les droits vont jusqu'à 50,000 en fonction du standing du local)

2--Droits de la Mairie du quartier 10,000

3--Mandat 35000 (le prix du mandat dépend du standing du local et 35000 c'est le minimum).

Le mandat c'est l'espace qui sert lieu de couchette en prison et il revient à tout prisonnier après l'acquisition d'un mandat de faire des petits aménagement pour ranger ses effets et réserver quelques centimètres pour dormir.

Cela fait donc 70,000 FCFA dépensés au minimum par un résident du quartier 1.

Pour le quartier 3, les dépenses sont similaires à celles dûes aux résidents du quartier 1

Cela fait donc 70,000 FCFA dépensés au minimum par un résident tant du quartier 1 que du quartier 3.

En ce qui concerne le Kosovo, il faut absolument bien comprendre ce qui s'y passe. Les quartiers 8 et 9 du KOSOVO sont les plus peuplés de la prison.

Chacun de ces quartiers préalablement construits pour accueillir un maximum de 150 détenus se retrouve actuellement à plus de 1500 détenus pour chaque quartier.

Il n’y a donc pas de mandat disponible (le mandat c'est ce qui sert d'espace de couchette et d'espace pour ranger ses petits effets).

Mais les prisonniers ont pour habitude de dire tant que tu as de l'argent, tout ce qui te manque à Kondengui c'est la liberté.

C'est ainsi que, ceux qui disposent déjà d'un mandat au Kosovo sont parfois prêts à le céder contre une forte somme d'argent. A

insi donc, un mandat qui coûte normalement 15000 (prix réglementaire du mandat au Kosovo) est parfois vendu à 30,000 voir plus.

À cela il faut rajouter les droits locaux, et les droits de la mairie du quartier. Voilà donc que même le résident du Kosovo dépense à proprement parler quasiment la même somme d'argent pour obtenir un mandat que ceux des quartiers 1 et 3 qui sont des quartiers mieux disants.

Comme signifié plus haut, tous les 244 prisonniers déportés puis ramenés hier soir ont perdu leur mandat à la demande du régisseur accompagné du CBDD.

244*70,000= 17,000,000 FCFA voilà la somme d'argent que le Régisseur et le CBDD sont sur le point d'encaisser car depuis ce matin les mandats de tous ces prisonniers sont mis en vente.

Comment comprendre que des personnes happés de la prison, sauvagement torturés pendant deux semaines, mis sous mandat de détention provisoire et poursuivis devant les tribunaux sont encore sous le coup d'une mesure dite disciplinaire de la part même de l'administration pénitentiaire ?

À l'heure où j'écris ces lignes, les ambazoniens promettent de manifester à nouveau dans la cour centrale de la prison cette nuit après la fin des visites tant qu'ils ne rentrent pas en possession de leur mandat.

L'autre chose qu'il convient de préciser c'est que sous l'ordre du CBDD, tous les prisonniers déportés, puis ramenés et enfin mutés dans les quartiers 8 et 9 du Kosovo ont été interdits d'accès dans les locaux et ont passé la nuit sous les hangars de ces différents quartiers.

C'est une méthode pour les atteindre davantage psychologiquement question de les empêcher de revendiquer le hold-up de leur mandat et de toutes les dépenses jadis engagées par ces derniers pour avoir accès à leurs précédents quartiers.

Instructions fermes ont d'ailleurs été données à certains prisonniers réputés grands bandits de violenter les ambazoniens et les prisonniers politiques du MRC si jamais ceux ci essayaient de ne pas respecter les consignes du CBDD. Ils sont particulièrement ciblés car ils sont considérés comme ceux qui revendiquent le plus leur droit.

Au cas où une nouvelle mutinerie déclenchait à Kondengui du fait de la malhonnêteté et du banditisme génétique de certains voyous, ne dites pas que vous n’avez pas été prévenus.

BORIS BERTOLT

Ci-dessous les liens Amazon pour acheter Main basse sur la démocratie. Les secrets d’un complot d’Etat contre Maurice KAMTO.
--> En France et Europe le livre coûte 24,50 euros
https://www.amazon.fr/dp/1079933786
--> Aux États-Unis et Canada le livre coûte 27,50 dollars
https://www.amazon.com/dp/1079933786
--> Aux United Kingdom le livre coûte 21, 96 livres
https://www.amazon.co.uk/dp/1079933786
--> En Allemagne le livre coûte 24 , 50 euros
https://www.amazon.de/dp/1079933786