Cameroun : crise anglophone, la justice américaine ridiculise le régime de Yaoundé

Exemple de bannière pour articles
par Michel Biem Tong
Le régime Biya a cru qu'en se servant de l'avocat-débrouillard Nsahlai, il allait mener la justice américaine en bateaux comme il manipule à son aise et à sa guise, les magistrats camerounais. Désolé car les USA sont à mille lieux d'être la République bananière du Cameroun. | © Photo archives

La justice américaine classe sans suite la plainte de l'avocat débrouillard Nsahlai law firms contre l’activiste anglophone Tapang Ivo Tanku.

Décidément, Bar.Emmanuel Nsahlai est un cas désespéré. Après avoir vu ses plaintes contre les activistes anglophones Chris Anu et Éric Tataw classées sans suite, celle contre Tapang Ivo a également connu le même sort devant la Cour de district de Californie ce 6 août 2019.

En effet, sur les 10 chefs d'accusation portées par la Nsahlai Law Firms devant la justice américaine contre le porte-parole de l'une des branches armées du mouvement indépendantiste anglophone, Ivo Tapang, 8 ont tous été annulés et l'affaire classée sans suite.

Les chefs d'accusation portaient entre autres sur le financement du terrorisme en territoire étrangers, les assassinats, les kidnapping, etc.

Cependant, la décision de justice mentionne dans ses conclusions que Tapang Ivo devrait fournir ses explications au sujet des plaintes de certains John Doe and Jane Doe, d'illustres inconnus.

Mais il ne faut pas s'attendre à un miracle car il suffit juste que l'accusé présente ses moyens de défense pour que la US District Court of Northen California classe définitivement l'affaire puisque la décision prise ce 6 août 2019 est en réalité un Order Granting Defandant's Motion to Dismiss.

Et les deux plaintes sont maintenues par le juge Nathanaël Cousins juste parce que les plaignants ont un nom contrairement aux 8 plaintes portées par des personnes non identifiées.

Comme à leur habitude, beaucoup de supporters du régime de Yaoundé trivialement taxés de "sardinards" ont été bernés et manipulés par l'activiste fantôme Ma Kontri Pipo Dem (un escroc basé en Angleterre) qui, sur sa page Facebook, a publié la dernière page de la décision de justice en prenant soin de barrer les lignes où le juge déclare classée sans suite l'affaire contre Ivo Tapang mais en ne laissant apparaître que la partie où il doit répondre sous 14 jours de la plainte des fantomatiques Jane and John Doe.

Pourtant, aucune illusion ne doit être fait du sort qui sera réservé aux deux plaintes. Surtout qu'elles ont été classées sans suite en jugement le 22 avril dernier par un tribunal californien.

Le régime Biya a cru qu'en se servant de l'avocat-débrouillard Nsahlai, il allait mener la justice américaine en bateaux comme il manipule à son aise et à sa guise, les magistrats camerounais. Désolé car les USA sont à mille lieux d'être la République bananière du Cameroun.

Par Michel BIEM TONG, web-journaliste exilé