Cameroun : Du riz empoisonné pour tuer les anglophones

Exemple de bannière pour articles
par Kand Owalski
Sur instructions du ministre camerounais de l’administration territoriale Atanga Nji et avec la complicité des autorités administratives de la ville de Douala, il aurait été convenu d'acheminer ce riz vers la zone Anglophone pour accélérer le génocide qui y a cours. | © Photo archives

J'interpelle ce matin OLAM CAM, société de distribution agro-alimentaire basée au Cameroun, à Douala la capitale économique.

Il y'a un mois j'ai reçu une information hautement sensible et grave, venant d'un commerçant à Bamenda au sujet du riz Bijou et MARORÉ.

Un après-midi des Ambazoniens avaient débarqué dans sa boutique avec un pasteur et une jeune fille. Le pasteur et la jeune fille y avaient acheté du riz Bijou dont ils étaient allés faire dons dans des camps de réfugiés internes dans la forêt de Bali. Il s'est avéré plus-tard que ce riz était empoisonné. Le monsieur me demandait donc de lancer une alerte mais je suis resté prudent.

Seulement jusqu'à ce matin j'ai reçu cette information de deux autres personnes n'ayant rien à voir avec Bamenda. Ils me donnent tous la même information.

La dernière personne s'est dite très inquiètes. En fait il s'agirait d'un stock de riz Bijou et MARORÉ empoisonné que la société OLAM CAM aurait tenté d'écouler en douce malgré la prise en charge par son assureur après que les directeurs de l'entreprise se soient rendus compte qu'on leur avait fourni un mauvais riz.

Avec la complicité des autorités administratives de la ville de Douala,  il aurait été convenu d'acheminer ce riz vers la zone Anglophone pour accélérer le génocide qui y a cours.

Cette information est trop grave. Et je ne pouvais pas prendre le risque de me taire. J'aimerais bien que ce soit un Fake New mais avant j'invite les camerounais, particulièrement ceux du NoSo à limiter leur consommation du riz de marque Bijou et MARORÉ jusqu'à ce qu'on y voie clair.

A bon entendeur salut !

Kand Owalski