Côte-d'Ivoire : Ouattara veut supprimer l'"ivoirité" dans la constitution

Exemple de bannière pour articles
par Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU
L’actuel président ivoirien Alassane Dramane Ouattara a dévoilé son intention d’abroger l'''ivoirité » dans le code électoral ivoirien ǀ © image news.abidjan.net

Au cours de la campagne présidentielle qui bat son plein en Côte d’Ivoire, Alassane Dramane Ouattara a déclaré le lundi 19 octobre dernier qu’il envisage procéder à une réforme constitutionnelle s’il est réélu lors de la présidentielle dont le premier tour est fixé au dimanche 25 octobre.

 Il a dévoilé son intention d’abroger l'''ivoirité » dans le code électoral ivoirien.

Alassane Ouattara a fait cette annonce dans une interview à Reuters indiquant vouloir faire abroger la clause de l’ivoirité, selon lui toujours contenue dans la constitution ivoirienne.

Cette restriction l’avait lui-même empêché à un certain moment de briguer la présidence, du fait de sa  »nationalité ivoirienne douteuse », selon les autorités ivoiriennes d’alors. Par la force des choses,  il a tout de même accédé à la magistrature suprême de la Côte d’Ivoire.

Le code supposé  "ivoiritaire » a été adopté par référendum en juillet 2000 et stipule qu’un candidat à la présidentielle doit prouver que ses deux parents sont des Ivoiriens nés sur le territoire ivoirien. En plus, ils ne devraient jamais s’être prévalus d’une autre nationalité.

« Nous aurons une nouvelle Constitution parce que je pense que la Constitution actuelle est obsolète », a déclaré Alassane Ouattara. « Nous devons revisiter la question de la nationalité […]. Nous devrons aussi voir quels sont les rôles de la Cour suprême et si nous devons avoir une commission électorale », dit le président.

En revanche, Alassane Ouattara s’est engagé à ne pas faire sauter le verrou des deux quinquennats tel qu’exigé par la constitution actuelle de la Côte d’Ivoire. Il a par ailleurs promis ne pas rester au pouvoir au-delà d’un second mandat qui s’achèverait en principe en 2020. Il aurait alors 78 ans.

© Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU, Burkina24