Traque des fonctionnaires fictifs, Motaze un cordonnier mal chaussé

par Michel Biem Tong
Louis Paul Motaze est mal placé pour parler de lutte contre les détournements de fonds publics et la corruption car il est lui-même le premier corrompu qui s'est abondamment sucré sur le dos du contribuable camerounais quand il fut Ministre de l'Économie. | © Photo archives

Depuis quelques semaines, Louis Paul Motaze, ministre camerounais des Finances depuis le 2 mars dernier et neveu de Paul Biya, a lancé la chasse aux fonctionnaires fictifs.

L'arrestation il y a quelques jours de 6 cadres du ministère des Finances est brandi comme un haut fait de Motaze alors qu'il ne s'agit ni plus ni moins que de boucs émissaires que l'on livre à l'holocauste pour préserver la mafia qui entretient un réseau de fabrication de matricules fictifs au ministère des Finances.

D'abord, Louis Paul Motaze est mal placé pour parler de lutte contre les détournements de fonds publics et la corruption car il est lui-même le premier corrompu qui s'est abondamment sucré sur le dos du contribuable camerounais quand il fut Ministre de l'Économie.

Son nom est cité au Tribunal criminel spécial dans l'affaire Pierre NYEMECK, du nom d'un syndicaliste accusé de détournement de 340 millions de FCFA alors qu'il a dénoncé à la police le détournement par Motaze et ses proches de cette somme d'argent dans le cadre d'un marché fictif de construction de 3 délégations départementales du ministère de l'Économie.

Le nom de Motaze est également cité dans les scandales de détournement plusieurs milliards de FCFA destinés à indemniser les populations riveraines des grands projets tels que le barrage de Memve'ele, le Port de Kribi, etc.

Ensuite, qui crée les matricules fictifs au ministère des Finances ? Ce sont les fonctionnaires de la cellule informatique de ce ministère recrutés pour les besoins de la cause.

Et ces derniers ne peuvent le faire que s'ils ont le soutien de certains gros bonnets de la République qui veulent permettre à leurs proches de bénéficier de 2 à 3 salaires alors qu'ils n'exercent nulle part. Les militaires, gendarmes et policiers font aussi partie de ceux qui entretiennent ce réseau de création de matricules fictifs.

Louis Paul Motaze aura t-il le courage de démonter cette grosse machine mafieuse alors qu'il a lui-même les mains très sale ? Il faut être naïf pour répondre par oui.

Par Michel Biem Tong, Web journaliste à www.hurinews.com (témoin ou victime des violations des droits humains, contactez le 00237.651144228 ou écrivez à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)