Cameroun : Les mises en garde de Jerry Rawlings au dictateur Biya et la France

par Camer24
Jerry Rawlings, ancien président du Ghana, a décrit la violence au Cameroun comme une « situation horrible » et a déclaré que la France et le dirigeant camerounais Paul Biya ne peuvent échapper aux atrocités commises à la minorité anglophone du pays. | © Photo archives

Selon l’ancien président ghanéen, « Paul Biya et la France ne peuvent pas échapper aux atrocités commises ».

Rawlings a fait cette déclaration en recevant les membres du mouvement TakeItBack dirigé par Omoyele Sowore, candidat aux prochaines élections présidentielles au Nigeria, à son bureau de Ridge, Accra, Ghana.
Jerry Rawlings, ancien président du Ghana, a décrit la violence au Cameroun comme une « situation horrible » et a déclaré que la France et le dirigeant camerounais Paul Biya ne peuvent échapper aux atrocités commises à la minorité anglophone du pays. Rawlings a fait cette déclaration alors qu’il recevait des membres du mouvement TakeItBack dirigé par Omoyele Sowore, aspirant aux prochaines élections présidentielles au Nigeria, à son bureau de Ridge, Accra, Ghana.
Il s’est dit préoccupé par le fait que la situation au Cameroun n’a pas fait l’objet d’une attention médiatique constante en raison de l’intérêt de certaines puissantes puissances occidentales pour les ressources du pays.
Farida Nabourema, militante togolaise, qui fait partie de l’équipe de TakeItBack et qui était récemment au Cameroun, a déclaré : « La semaine où j’étais là, ils ont tiré sur quatre jeunes hommes. Nous allions en ville et une femme nous a arrêtés là où il y avait quatre cadavres de Camerounais anglophones.
Farida Nabourema a ensuite ajouté que la famille a confirmé par la suite qu’un cadavre a été déposé à l’hôpital, tandis que d’autres ont été emmenés par les militaires. Elle a également parlé de l’incendie généralisé de villages, qu’elle a qualifié de nettoyage ethnique.
M. Sowore, qui est un militant, a appelé à mettre fin à l’effusion de sang au Cameroun anglophone, notant que toute vie africaine mérite d’être protégée. Il a également appelé la communauté internationale à se pencher sur les événements survenus au Cameroun dans l’intérêt de la postérité.
Camer24