Congo-Brazzaville : Les associations des droits l’homme demandent une enquête sur l’assassinat de Chebeya

Exemple de bannière pour articles
par AFRICA INFO
Photo affaire Flobert Chebeya Bahizere
Capture d'écran de la bande annonce du film sur l'affaire Flobert Chebeya Bahizere

Congo Brazzaville (AFRICA INFO) – Les Organisation non gouvernementales (ONG) de défense et de promotion des droits de l’homme au Congo, ont exprimé leur indignation suite à l’assassinat de l’activiste des droits de l’homme, Flobert Chebeya Bahizere en République Démocratique du Congo (RDC).

Cet homme qui venait de dresser un rapport sur les droits de l’homme en RDC et en Angola n’a plus donné signe de vie depuis la nuit du 1er juin avec son chauffeur Fidèle Bazana Edadi, a-t-on appris de la lettre ouverte adressée au président de la RDC par ces ONG.

Le directeur exécutif de la « Voix des Sans Voix » pour les droits de l’homme avait répondu à l’invitation de l’inspecteur général de la police, John Numbi, à la suite de laquelle il n’a plus jamais été vu, a-t-on appris des militants des droits de l’homme congolais qui réclament une enquête internationale et impartiale sous la houlette des Nations Unies.

«Par ce geste, nous voulons non seulement que toute la lumière soit faite sur l’assassinat de notre confrère, mais aussi attirer l’attention des pays africains à l’instar du Congo, de garantir l’intégrité physique et morale des membres des ONG de défense des droits de l’homme», a indiqué le porte-parole du collectif des ONG de défense des droits de l’homme et directeur exécutif de l’Observateur congolais des droits de l’homme (OCDH), Roger Bouka Owoko.

Plusieurs recommandations ont été faites à l’endroit du chef de l’Etat, entre autres, prendre des mesures efficaces pour garantir en tout temps et en tout lieu la protection des membres des droits de l’homme. Plusieurs organisations composent ce collectif parmi lesquelles l’Association panafricaine Thomas Sankara, la Convention nationale des droits de l’homme, l’Association des femmes juristes du Congo, l’Observatoire congolais des droits de l’homme.

Eugène Gampaka, Ai Brazzaville