Cameroun : Les dessous de l’affaire Émmanuel Chatué et Jean Bruno Tagne

Exemple de bannière pour articles
par BB
Oswalde Baboke, ce jeune pasteur qui est les yeux, les oreilles et la tête de Chantal Biya veille est un maillon essentiel de la Nnanga connexion. Il se cache derrière son eglise pour masquer les coups fourrés dans lesquels il est impliqué. | © Photo archives

Comment Emmanuel Chatue a échangé Jean Bruno Tagne contre des problèmes fiscaux sous pression du directeur adjoint du cabinet civil, Oswalde Baboke. 

Emmanuel Chatue fait partie d’une race d’hommes d’affaires dont il faudra absolument se débarrasser avec l’avènement de la République nouvelle et exemplaire que nous souhaitons tous. C’est un homme d’affaires véreux, cupide, sans personnalité et surtout d’une incroyable lâcheté.

Les langues se délient de plus en plus au sein de Canal2 International pour expliquer les vraies raisons du « chassement » de Jean Bruno Tagne. Certes, sur sa lettre de licenciement on a parlé « d’abandon de poste », mais là n’est pas la vraie raison.

En interne, la tension est vive à cause de l’amputation des salaires de 30% et surtout des mois qui sont devenus infiniment longs. La colère monte et chacun ne manque aucune occasion d’exprimer ses frustrations.

Sur le cas Jean Bruno Tagne, c’est depuis la fin de la présidentielle du 7 octobre 2018 que le pouvoir de Yaoundé a demandé la tête du journaliste dont la liberté de ton et l’indépendance gênait.

En difficulté à cause d’un redressement fiscal de 200 millions de franc Cfa, CHATUE a tout tenté auprès de ministre des Finances et du DG des impôts en vain pour obtenir l’annulation de cette sanction.

C’est ainsi qu’il sera convoqué à la présidence de la République où Oswald Baboké, le directeur adjoint du cabinet civil va clairement lui demander de virer le présentateur vedette de la « Grande interview » et de « Face aux électeurs » (la meilleure émission de la présidentielle). Et en échange Chatue devait obtenir l’annulation de son ardoise fiscale. Ce qu’il a évidemment accepté sans la moindre réserve.

Oswalde Baboke, ce jeune pasteur qui est les yeux, les oreilles et la tête de Chantal Biya veille est un maillon essentiel de la Nnanga connexion.

Il se cache derrière son eglise pour masquer les coups fourrés dans lesquels il est impliqué ( nous y reviendrons. On l’avait un peu trop oublié). Tenez vous tranquilles, ne vous laissez pas détourner par son visage,Oswalde Baboke diplômé de l’IRIC est un faucon parmi les faucons.

Au lieu donc de demander à ses commanditaires les moyens pour payer à Jean-Bruno Tagne les indemnités et les droits liés au licenciement d’un employé qui n’a rien fait afin que les choses se passent sans heurt, Chatue, en bon joueur de Jambo (tapé-tapé) et se croyant malin, va opter pour une autre démarche : pousser son employé à la démission. Le but de la manœuvre étant de ne pas lui payer ses droits.

Il suspend « La Grande interview ». Jean-Bruno ne bouge pas. Il le convoque à Douala et lui demande de démissionner. Jean-Bruno ne bouge pas. Comme on dit, « il a ramassé le caillou le chien a vu ».

Las d’attendre la démission de son employé et pressé par le pouvoir, il adresse la semaine dernière une lettre au concerné après cinq mois sans salaire, dans laquelle il parle « d’abandon de poste ».

Sauf que l’abandon de poste obéit à une démarche que CHATUE évidemment ignore. Où sont les lettres dans lesquelles on a demandé à Tagne d’aller reprendre son travail sans quoi il sera considéré comme démissionnaire ? Aucune. Quand on vous parle d’une entreprise villageoise !

Jean-Bruno Tagne est donc victime des errements managériaux d’un homme d’affaires qui ne paie pas convenablement ses impôts, ne paie pas régulièrement les salaires de son personnel et encore moins leurs cotisations sociales à la CNPS.

Avec tout ça, le pouvoir le tient et est donc fondé à faire de lui ce qu’il veut. CHATUE est devenue une marionnette aux mains du pouvoir, notamment de tous ces corrompus qui ont besoin d’une chaîne de télévision docile à leur service.

La couardise du patron de Canal2 est également connue et moquée au sein du régime. Même un simple cuisinier de la présidence de la République, ou un chauffeur de ministre peut l’influencer. Le sachant peureux, les gens ne s’en privent pas.

Si MIMI MEFO avait été une journaliste de Canal 2, il n’y a aucun doute qu’elle serait encore en prison. Car c’est CHATUE qui aurait donné des armes au pouvoir pour la tuer.

Or vous avez vu à quel point Equinoxe et tout son personnel ont soutenu la jeune journaliste que l’on tentait injustement d’envoyer à l’échafaud.

C’est ça la différence entre un journaliste patron de presse et un commerçant patron de presse. Le premier malgré tout préserve l’honneur journalistique alors que le second ne croit qu’en une seule chose : l’argent !

Achetez la version Papier de l’avion du président ici sur AMAZON à 15 euros: https://www.amazon.fr/dp/2956287494

Achetez la version ebook de l’avion du président ici sur AMAZON à 9 euros:https://www.amazon.fr/dp/B07QFM95Q8

BORIS BERTOLT