Congo Brazzaville : Foire de l’emploi et des métiers

Exemple de bannière pour articles

Ai- Congo- La Foire de l’Emploi et des Métiers (FEMCO) se tiendra  du 16 au 18 novembre prochain à Brazzaville.  Cette foire qui est à sa première édition, réunira quelque 1200 participants représentant les acteurs du  secteur public, privé et la société civile.

 

Les secteurs  publics concernés sont les  télécommunications, les banques et les finances, les bâtiments et les travaux publics, les petites et moyennes entreprises, l’artisanat, l’économie forestière, les hydrocarbures, l’agriculture et l’élevage.

Cette première édition de la FEMCO permettra aux employeurs et demandeurs d’emploi, chercheurs et universitaires,  représentants des centres de formation et des organisations de la société civile de se rencontrer à travers les ateliers.  25  stands d’expositions concernant 10 secteurs d’activités seront ouverts à cette occasion.

La directrice de l’agence « Class’Expo », organisatrice de la FEMCO, Mme Paule Sassou-Nguesso,  a indiqué qu’il s’agit « d’explorer des voies  novatrices pour faire bénéficier la croissance économique du pays à la jeunesse congolaise, en mettant en relation les employeurs et les demandeurs d’emploi, afin d’encourager les embauches directes ».  Mettre en contact direct les demandeurs d’emploi et les chefs d’entreprise, en vue de permettre aux étudiants diplômés d’obtenir des informations pour se former aux métiers d’venir, réorienter, réinsérer les études vers  d’autres métiers porteurs, tel est l’objectif que s’est fixé Class’Expo à travers la FEMCO.

Créé en 2011, l’agence Class’Expo entrevoit la création à moyen et long terme, d’une Maison de l’emploi et d’un fonds en faveur de l’emploi au Congo.    La direction générale de cette agence préconise l’ouverture des écoles d’élite dans les différents secteurs porteurs d’emplois, en vue de contribuer à l’éradication du chômage dans le pays, ne formant les jeunes sur les profils recherchés pour des qualifications spécifiques au Congolais demandeurs d’emplois.

Selon une récente étude de la Banque mondiale au Congo, « le pays a atteint un taux de chômage des jeunes qui oscille entre 24 et 35%, suivant les catégories, d’où la recherche d’une synergie nationale sur les actions concernées pour la création d’emplois au Congo qui manque de politique nationale due à l’absence de concertation entre les entreprises privées et l’Etat ». Les experts du ministère congolais  de l’enseignement technique, professionnel, de la formation qualifiante et de l’emploi qui ont donné cette information ont plaidé pour l’adoption imminente d’un guide institutionnel sur la création d’emplois au Congo.

Eugène Gampaka, Ai Brazzaville