Cameroun : Fin du suspense à la tête de Camair-Co

Exemple de bannière pour articles

Ai-Cameroun – Par un décret du Président de la République rendu public ce 03 Janvier 2013, un nouveau Directeur général a été nommé à la tête de la Cameroon Airlines Company (Camair-Co), la compagnie nationale de transport aérien dont l’Etat est actionnaire majoritaire.

Mathijs Boerten, originaire des Pays-Bas remplace à ce poste son compatriote Alex Van Elk dont le contrat n’avait pas été renouvelé en Février 2012.

The right man ?

Mathijs Boerten n’est pas un inconnu dans la maison. Il y avait déjà travaillé comme Directeur des opérations lors du lancement de la compagnie en Mars 2011 mais avait dû démissionner de son poste pour des raisons jusqu’ici inconnues. Certaines langues disent que c’était pour dénoncer l’incompétence et la mauvaise gestion de son compatriote.

On dit de Mathijs Boerten qu’il a de solides connaissances en aviation civile, qu’il est propriétaire d’une compagnie exerçant dans le domaine de l’aéronautique dénommée Air Transport Services. C’est celle-ci qui recruterait les pilotes, hôtesses, stewards et techniciens de maintenance de Camair-Co.

La nomination du nouveau directeur général intervient à la suite d’un appel à candidature lancé le 09 Juillet 2012 par le gouvernement Camerounais et dans lequel on exigeait du postulant « une expérience certaine dans le secteur… une vision claire de l’entreprise… des aptitudes de leadership avérées ». Des conditions qui devaient être remplies et permettre la nomination du remplaçant d’Alex Van Elk au mois de Septembre. Mais les délais n’auront pas été respectés puisqu’il a fallu attendre que les lampions s’éteignent sur les fêtes de fin d’année pour connaitre l’heureux élu.

Ce dernier apparait comme l’homme de la situation à cause non seulement de son cursus mais aussi et surtout de l’expérience acquise dans la maison peu avant sa démission.

Des démissions en cascade

Mathijs Boerten n’aura pas été le seul cadre à claquer la porte de Camair-Co. D’autres directeurs lui avaient emboîtés le pas à l’instar d’Alphonse Bea, le Directeur Commercial et de Nowell Ngalla, le Directeur des ventes internationales. Ces deux derniers avaient fait parvenir en date du 27 Novembre 2012, un fax à la direction générale annonçant leur démission. Cette décision sera-t-elle maintenue à présent que le nouveau directeur général est connu ? Difficile d’y répondre car ils ne sont pas les seuls dans cette situation. On se rappelle qu’au mois de Décembre 2012, pour protester nous disait-on contre des promotions fantaisistes du directeur général sortant, 22 cadres, hôtesses, stewards et techniciens de maintenance avaient également démissionné.

C’est dire que le nouveau directeur général devra résoudre ce problème de démissions en cascade dès sa prise de fonctions.

Camair-Co, une gestion calamiteuse ?

Créée par décret n° 2006/293 du 11 Septembre 2006, la Cameroon Airlines Company (Camair-Co) est née des cendres de l’ancienne Cameroon Airlines. L’entreprise est restée en hibernation jusqu’en 2010 car ce n’est que le 04 Février 2010 qu’Alex Van Elk avait été nommé. Son président du Conseil d’administration est l’actuel Premier Ministre, Chef du Gouvernement Philémon Yang.

C’est en mars 2011 que la Camair-Co prend véritablement son envol avec au démarrage, deux avions Boeing 737 de plus de 200 et 100 places qui auront du mal à se remplir à son lancement. Le staff managérial va se déployer et proposer aux clients diverses formules dans le but de faire revivre la ferveur que les Camerounais avaient de la défunte Camair. Ces efforts, petit à petit, commençaient à porter des fruits jusqu’au moment où des voix se sont élevées pour dénoncer une gestion peu orthodoxe de la direction générale.

En dehors des clients qui se plaignaient d’un certain nombre de désagréments, les critiques les plus virulentes sont venues du personnel de la compagnie elle-même. Celles-ci ont été portées à l’attention du grand public à la suite de la publication l’année dernière d’un audit réalisé par le cabinet Okalla Ahanda et qui faisait ressortir des malversations financières et des pratiques peu orthodoxes de gestion. L’on reprocherait ainsi à l’ancienne direction générale des tensions de trésorerie ayant entrainé le retard de paiement du 13ème mois qui a failli conduire le 23 Décembre dernier à une grève générale du personnel, une menace désamorcée de justesse grâce à l’interposition du Délégué Régional du Travail et de la Sécurité Sociale et des autorités administratives de la capitale économique ainsi qu’une gestion approximative de l’entreprise frisant l’amateurisme, des promotions fantaisistes et des avantages exorbitants à certains cadres expatriés, des démissions en cascade des hauts cadres … et la liste n’est pas exhaustive.

Avant la nomination du nouveau directeur général, la Camair-Co apparaissait comme un géant aux pieds d’argile. Mathijs Boerten saura-t-il redorer le blason de cette entreprise sur laquelle beaucoup de Camerounais voyageant en avion à l’intérieur et à l’extérieur du pays fondent tant d’espoirs ? Seul l’avenir nous le dira.

Georges Ndenga, Ai Douala - Cameroun