Gabon : CEEAC-OIM, vers un accord sur les migrations en Afrique Centrale

Exemple de bannière pour articles

Ai-Gabon - Le Secrétaire Général de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale(CEEAC), Nassour Guelengdouksia Ouaïdou et l’Ambassadeur, Directeur Général de l’Organisation Internationale des Migrations(OIM) William Lacy Swing se sont entretenus dans le cadre d’un accord sur les migrations. Selon le communiqué, cet entretient était axé sur les moyens à mettre en œuvre, afin de poser les jalons d’une coopération durable et fructueuse sur les mouvements de migrations en Afrique Centrale. Malgré ses énormes ressources naturelles et ses potentialités économiques, l’Afrique Centrale subi encore de plein fouet les fléaux qui frappent le continent au nombre desquels, les mouvements migratoires et leur cortège de conséquences fâcheuses comme les guerres fratricides, les déplacements des populations etc. Saluant les efforts de la CEEAC dans la lutte contre le sous développement de la région et les calamités susmentionnées, le Directeur Général de l’OIM a remercié son hôte d’avoir accepté de partager avec lui, les préoccupations de l’OIM sur la question des migrations. Il a proposé que la CEEAC emboite le pas à d’autres Communautés qui ont déjà mis en place une politique sur les migrations. Les deux interlocuteurs ont décidé d’élaborer une plate-forme commune, par la signature très prochaine d’un Mémorandum d’Entente ou d’un Accord de coopération. Pour y parvenir, les dirigeants de la CEEAC et de l’OIM ont promis de se retrouver à N’djamena pour mieux affiner le projet de coopération. Exprimant son entière disponibilité à contribuer à faire aboutir ce projet, le Secrétaire Général de la CEEAC s’est engagé à mettre à profit son expérience sur la question. Spécialiste, entre autre, des questions de démographie et des statistiques, M. Nassour Guelengdouksia Ouaïdou a expliqué que les mouvements migratoires s’observent aussi bien sur le plan national (avec les déplacements forcés des populations d’un coin du pays à un autre, à la recherche d’un mieux être ou pour des raisons de sécurité), qu’international (le cas des immigrés, politiques, économiques ou de ceux fuyant la guerre). S’agissant des immigrés économiques, a souligné le Secrétaire Général de la CEEAC, les Etats devraient  associer la diaspora à la mise en place de certains projets de développement de leur pays. La bonne gestion des flux migratoires dépend en grande partie de la maîtrise du fichier démographique et statistique, ce qui malheureusement constitue encore un grand handicap dans presque l’ensemble de nos Etats, a-t-il conclut. L’OIM élaborera un projet de profil migratoire en Afrique Centrale et le proposera à la CEEAC, a promis M. Swing. Satisfaits de la rencontre, le Directeur Général de l’OIM et le Secrétaire Général de la CEEAC ont émis le vœu que la coopération entre leurs deux institutions soit fluide et bénéfique aux populations concernées.

Christian Ipemosso, Ai Libreville – Gabon