Cameroun : La démocratie cosmique pour éradiquer les terrorismes │Islam

Exemple de bannière pour articles

Interview de Cheickh Hassan Nsangou du AHL-UL-BAYT Cameroun,  lors du 1178ème anniversaire de la naissance de l’Imam Muhammad El-Mahdi le 23 Juin 2013 à DoualaAi-Cameroun – La Communauté Islamique AHL-UL-BAYT du Cameroun s’est retrouvée ce 23 Juin dans la salle des conférences de l’Hôtel Vallée des Princes de Bessenguè à Douala, la capitale économique, pour célébrer le 1178ème anniversaire de la naissance de l’Imam Muhammad El-Mahdi.

Nike Shoes Une célébration qui s’est déroulée autour d’une conférence sur le thème « Terrorismes dans la société et dans les dogmes : leurs origines et comment les éradiquer » animée par Cheickh Hassan Nsangou et modérée par Bernard Tchami, un journaliste.

La phase protocolaire

Une fois Cheickh Hassan Nsangou installé, Bernard Tchami a annoncé les grandes lignes de la rencontre se focalisant sur le thème. Par la suite, il a donné la parole à Cheick Modibo Abdourahim qui a dit une courte prière avant de céder la place à Hadja  Aija Mbomiko Y. pour la présentation de l’Imam Muhammad El-Mahdi et la communauté Islamique AHL-UL-BAYT du Cameroun.

Parlant de l’Imam Muhammad El-Mahdi, elle a laissé entendre qu’il était «Habituellement désigné par ses titres d’« Imâm al-'Asr » (l'Imâm «du temps») et Sâhib az-Zamân (Seigneur du temps), il est le fils du 11e Imâm Hassan al Askari (p). Sa mère est la Dame Narjis Khatoun (ahs) était chrétienne et de la lignée du Prophète Issa (as). Son nom est le même que celui du Prophète (P). Il est né à Samarrah (actuel Irak) le 15 Charban en 256H/868aJ.C. Il est le dernier Imâm, la «preuve d'Allah » sur terre. Il est le dernier des successeurs du Prophète et le dernier des douze Imâms.

Après le martyre de son père il devint Imâm, et sur Ordre divin entra en occultation (ghayba). Dès lors il n'apparut plus qu'à ses représentants (nâ'ib) et seulement dans des circonstances exceptionnelles. ».

L’oratrice a également précisé le rôle d’un imam. « La tâche de l'Imam n'est pas uniquement d'expliquer les sciences religieuses et de guider le peuple dans le monde d'ici-bas. De même qu'il guide les hommes dans l'autre monde, l'Imâm assume aussi la fonction de la wilâya (succession) et de la direction ésotérique des hommes. Il est celui qui dirige la vie spirituelle de l'homme et qui oriente vers Dieu les aspects intérieurs de l'action humaine. En d'autres termes: l'Imâm veille sur les hommes de l'intérieur et se maintient en communion avec leur âme et leur esprit, même s'il reste caché à leurs yeux. Son existence est toujours nécessaire même si le temps de son avènement et de la réintégration universelle qu'il doit opérer n'est pas encore arrivé. « …Dès maintenant, je ne serai plus présent pour vous pendant une longue durée, jusqu’à nouvel ordre de Dieu qui viendra quand la terre sera noyée dans les difficultés, la perversité et l’injustice ».

Enfin elle a parlé de ce qu’était l’Islam, balayant au passage les idées que beaucoup s’en faisaient, notamment celle d’une religion de terrorisme. « L'Islam est à la fois contre l'ignorance et la rigidité toutes deux considérées comme dangereuses. Ce sont de vieilles coutumes qui n'ont rien à voir avec l'Islam authentique, qui ont fourni à l'ignorant un prétexte pour considérer l'Islam comme étant opposé à la modernité. Or, l’Islam veut poser la fondation d'une société qui s'épanouit, se développe et s'étend continuellement…. L'Islam interdit de perdre son identité, de se soumettre aux autres et de les suivre aveuglément, d'être assimilé- dépendant- ensorcelé par les autres, d'importer l'immoralité et la perversité au nom du phénomène du 21e siècle, de croire que les musulmans doivent être occidentalisés extérieurement et intérieurement, physiquement et spirituellement. »

Après cette introduction, la parole est revenue au principal animateur de la conférence qui a entamé son propos par une prière collective que l’assistance reprenait en chœur.

Les différentes sortes de terrorisme

Pour Cheickh Hassan Nsangou, « le terrorisme est l’utilisation, par un groupe de personnes ou un Etat, d’actions et d’actes violents ou illégaux destinés à produire sur leur cible un sentiment de terreur bien supérieur aux conséquences réelles de l’acte. L’objectif étant d’imposer un système politique, d’obtenir la satisfaction de certaines revendications, de causer des destructions à un ennemi ou de déstabiliser une société ».

De cette définition il déduit qu’il y a un terrorisme religieux que les auteurs commettent au nom d’une religion, un terrorisme sexuel qui se caractérise par des agressions, le harcèlement, le viol et pour lui le pire terrorisme sexuel est l’homosexualité avec ses corollaires que sont la pédophilie, la masturbation et enfin il a relevé le terrorisme géostratégique ou « hyper terrorisme » qui provoque le maximum de dégâts. « Cette forme de terrorisme désigne des manœuvres de déstabilisation politique, économique, orchestrées par des « grandes puissances » qui se prévalent d’une sorte d’hégémonie pour contrôler, exploiter et piller les pays ou les ‘’nations faibles’’. C’est une invasion qui fait prévaloir les intérêts égoïstes et égocentriques des auteurs ».

Cheickh Hassan Nsangou a conclu que tous ces terrorismes ont pour but la destruction de l’humanité. Pour lui, Dieu a créé l’homme pour se perpétuer et pour se préserver mais aujourd’hui l’homme a plutôt tendance à se détruire et de prédire que dans quelques années si cette tendance d’autodestruction de l’homme persiste, l’humanité va disparaitre. C’est la raison pour laquelle il préconise l’éradication pure et simple du terrorisme et l’instauration d’une démocratie cosmique.

La démocratie cosmique

La démocratie cosmique ou le « cosmisme », selon Cheickh Hassan Nsangou est la seule solution au terrorisme. L’homme doit cesser de voir en son semblable un ennemi. Dieu nous a créé différents pour que nous nous complétions. L’homme dans la démocratie cosmique doit s’inspirer des astres qui, dans le cosmos, existent sans jamais se rentrer dedans et ce, depuis des lustres. Pourtant chacun de ces astres joue un rôle différent mais ne s’opposent pas. S’ils venaient à s’opposer, même l’humanité viendrait à disparaitre. Les hommes doivent par conséquent se comporter comme ces astres, en toute fraternité, sans volonté d’en imposer aux autres par la force ou par tout autre moyen. Pour lui, dans un tel système, il n’y aura pas de guerres ou de conflits et chacun occupera sa place.

Dès lors, il a invité les hommes à respecter les institutions, les autorités, les lois et règlements de leurs pays, à avoir de l’attachement aux emblèmes nationaux, à préserver les deniers et le patrimoine publics, à préserver et à consolider l’éthique morale, à avoir l’esprit d’initiative pour le développement économique et social, à lutter contre l’anarchie, le despotisme, le tribalisme, à promouvoir la démocratie, à préserver l’intégrité nationale et à partager le gâteau national.

Les questions des hommes de média

A cause de ses prises de position courageuses, beaucoup de femmes et d’hommes de média avaient fait le déplacement de l’Hôtel Vallée des Princes pour connaitre les positions de Cheickh Hassan Nsangou sur ce sujet ô combien sensible ce d’autant plus que le lendemain, le Cameroun abritait la conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement sur la sûreté et la sécurité dans le Golfe de Guinée.

Aussi les questions des journalistes ont-elles tourné autour de la démocratie et du multipartisme, de la religion et notamment des conflits entre les Chiites et les Sunnites de par le monde, sur les villes mortes au Cameroun dans les années 90, l’attentat du 11 Septembre aux Etats-Unis d’Amérique, sur le football, l’homosexualité … et la liste n’est pas exhaustive. A chaque question, le conférencier a donné une réponse sans équivoque et les hommes des média en sont repartis édifiés tout comme les dames de l’Eglise Catholique et des autres religions qui ont apprécié que l’orateur ait défendu leur cause ou encore le Combattant Mboua Massock qui apporté son soutien au projet de démocratie cosmique émis par Cheickh Hassan Nsangou.

Georges Ndenga, Ai Douala - Cameroun