Crise anglophone : Des localités dans le collimateur de la milice « bulu »

Exemple de bannière pour articles
par Africa Info
Bien que choquantes, ces images doivent interpeler la communauté internationale qui excelle comme toujours dans l’hypocrisie diplomatique. | © Photo ES

A en croire des agents de renseignement camerounais, certaines localités de la région du Nord-Ouest sont depuis quelques jours dans le collimateur du régime Biya.

Il s’agit des localités Babesi, Balikumbat, Bafanji, Babanki et Ngokentunjia. La milice « bulu » aurait l’ordre d’attaquer ces localités afin d’installer la peur et la désolation en prélude aux élections sénatoriales devant en principe se tenir le 25 mars prochain.

« La milice a eu comme instruction du ministre de la défense de torturer, voler, piller, violer, harceler et même tirer sur quiconque oserait résister » a confié à Africa Info une source sécuritaire sous anonymat.

Pendant ce temps, sur le terrain militaire, des combats d’une rare intensité ont été signalés au cours des dernières heures dans la localité d’Ekok entre la milice « bulu » et les indépendantistes anglophones.

« Des unités spéciales des forces indépendantistes se sont retrouvées corps a corps avec les forces d’occupation », a informé un témoin.

Selon un responsable militaire contacté par Ai, le ministre camerounais de la défense Joseph Beti Assomo craignant que la localité d’Ekok pouvait tomber d’un moment sous le contrôle des indépendantistes anglophones a déployé des renforts.

« Le pont sur le Moungo est désormais dans la ligne de mire des indépendantistes. Si rien n’est fait au plus vite, les séparatistes le détruiront », a dévoilé un officier militaire, craignant une recrudescence des combats dans les prochains jours.

Donatien Ateba, Ai Yaoundé.