Charles Ndongo : une vie d’intrigues et double jeu

Exemple de bannière pour articles
par BB
Ne vous demandez pas pourquoi René Sadi et Charles Ndongo vouent tant de haine à Maurice Kamto. Ils exécutent le plan macabre de leur clan de prise du pouvoir et de contrôle des institutions de la République. | © Photo archives

Lorsque Ahmadou Vamoulké est nommé à la tête de la Cameroon Radio and Télévision (CRTV, média d’État), Charles Ndongo est très déçu.

Il organise très vite une fronde contre le nouveau Directeur général. Il écrit de nombreuses lettres contre lui, monte des collègues contre lui et va plus loin en faisant croire en haut lieu que Vamoulké pratique à la Crtv une épuration ethnique contre les bétis dans les postes de responsabilité.

Il s’appuie pour ce faire sur un certain Edgard Alain Mebe Ngo’o qui décide dès lors de pourrir la vie à Vamoulké. Avec la complicité de Albert Mbida, Charles se chargeait de faire fuiter les résolutions ou les débats du conseil d’administration de la Crtv pour fragiliser Vamoulké. La suite vous la connaissez. Vamoulke est débarqué croupit actuellement à Kondengui.

Mais les complotistes sont également des gens ingrats. Du temps où Mebe Ngo’o était aux affaires, il rédigeait les discours de celui-ci contre quelques prébendes. Il faisait aussi la même chose avec Urbain Olanguena.

Mais depuis que ce dernier est en prison, Charles a coupé tout contact. Même pas des messages de fraternité. Car entre temps, il aura bénéficié d’un nouveau parrain: Ferdinand NGOH NGOH. C’est l’actuel Secrétaire général de la présidence de la République qui va manœuvrer pour imposer Charles à la tête de la CRTV.

Le seul Sg/Pr qui avait très bien compris la mentalité de Charles fut un certain Laurent Esso. Il l’avait fait chasser des voyages présidentiels lorsqu’il s’était aperçu que Charles avait écrit sous pseudonyme un article contre lui dans les colonnes de Jeune Afrique de Blaise Pascal Talla. Il signera aussi de temps en temps dans le journal de Chantal Roger Tuile. Depuis qu’il est dg, il a effacé le téléphone du Dp de la Tribune de l’Est de son répertoire.

Le père Mendo Ze avait découvert tardivement la nature fourbe de Charles Ndongo. Il s’était rendu compte que c’était un champion de double jeu et de l’hypocrisie. Fâché, le mariologue va le chasser de la brigade des reportages spéciaux pour le faire remplacer par Joseph Le...

Charles n’est pas un gros bosseur. A la Crtv, on le décrit comme d’un paresseux. Tout le travail que Vamoulké abattait tout seul, Charles a rempli son cabinet de jeunes gens qui bossent en ses lieux et places.

Ce qu’il affectionne c’est l’affectation des présentateurs des journaux et des émissions, ce qui lui permet de s’assurer une cour de courtisans. Son cabinet est le lieu par excellence du commérage... Il a ainsi installé un véritable système de terreur contre ceux qui ne lui sont pas dévoués.

72 h avant la nomination du dernier gouvernement, Charles Ndongo avait déjà annoncé avec joie le départ de Issa Tchiroma, président du conseil d’administration de la Crtv.

Pour son malheur, Tchiroma empêchait Ndongo de faire de la Crtv son jouet, son tam-tam. Il se réjouissait de l’arrivée de René Sadi, plus malléable et moins ferme que Tchiroma et surtout beau-frère de Charles pour avoir épousé l’une de ses sœurs.

Son combat acharné en ce moment avec Ngoh Ngoh le mentor c’est de forcer la main au chef de l’Etat afin qu’il nomme René Sadi PCA de la Crtv.

Ne vous demandez pas pourquoi René Sadi et Charles Ndongo vouent tant de haine à Maurice Kamto. Ils exécutent le plan macabre de leur clan de prise du pouvoir et de contrôle des institutions de la République.

BORIS BERTOLT