Bruno Bidjang: méfie toi petit frère. tu joues ta vie dans ces affaires

Exemple de bannière pour articles
par Boris Berthold
Boris Berthold : « Il faut être franchement bête pour penser que Maurice Kamto peut être arrêté sur la base de telles accusations et que ces accusations prospèrent. Mais parce que les cons n’ont pas de limite, je puis te rassurer d’une chose: Maurice Kamto n’a pas peur d’une nouvelle arrestation. D’ailleurs, il vous l’a dit pour la libération du peuple camerounais, il est prêt à retourner en prison. » |© Photo archives

Petit frère, il y a deux ans lorsque j’ai très vite détecté le zèle, l’arrogance et la légèreté qui t’envahissait j’ai très vite fait de te demander de rentrer encore à l’école, pour apprendre, t’instruire et te cultiver. C’est essentiel pour un bon journaliste de lire.

Mais hélas dans la tyrannie de l’illettrisme qu’est le Cameroun et cette dictature de l’argent facile, tu as trouvé qu’il était plus aisé pour toi de t’accomplir. Hélas, tu as préféré te vautrer dans la gadoue. C’est un choix d’existence je sais. Mais un choix principalement guidé par ta socialisation.

Ce qui m’amène à t’écrire ce biais , c’est ce pseudo reportage sur les événements de Galim qui est tout sauf du journalisme. Si tu voulais faire de la propagande machiavélique en faveur du régime de Biya, elle est vraiment dénuée de toute intelligence pour dire le moins. Et si elle visait à discréditer Maurice Kamto, je vais te faire une confidence, tu viens de l’aider malheureusement. Merci.

Mais ce qui m’intéresse c’est toi. Il faut être franchement bête pour penser que Maurice Kamto peut être arrêté sur la base de telles accusations et que ces accusations prospèrent.

Mais parce que les cons n’ont pas de limite, je puis te rassurer d’une chose : Maurice Kamto n’a pas peur d’une nouvelle arrestation. D’ailleurs, il vous l’a dit pour la libération du peuple camerounais, il est prêt à retourner en prison.

Ce qui vous caractérisent principalement tes amis et toi, c’est l’inconsistante analytique et le désœuvrement stratégique. Vous aurez compris des choses élémentaires depuis très longtemps.

Ce qui vous maintient encore pour l’instant ce n’est pas le contrôle que vous exercez sur l’appareil sécuritaire. Mais principalement la bonté de Maurice Kamto.

Par contre revenons à toi Bruno BIDJANG, la question que tu dois te poser est la suivante: pourquoi moi? Pourquoi c’est moi qu’on choisit?

Max Weber soulignait que le questionnement est plus important que les réponses.

Pour t’éclairer, René Emmanuel Sadi ne prononce plus le nom de Maurice Kamto ou fait tout pour éviter le MRC depuis près d’un an. Atanga Nji est très calme et à du renouveler son rendez vous avec la bêtise récemment sans frôler Kamto ou le MRC.

Gregoire Owona fait l’effort de rester très courtois. Quand ils veulent faire allusion à Maurice Kamto ce sont les grands lieutenants qui sortent désormais: Jean Nkuete, l’ami de Paul Biya ou encore Luc Sindjoun, son conseiller spécial.

Plus proche de toi, à Vision 4, tu as des supérieurs plus en vue: Parfait Ayissi, Jean Jacques ze, Ernest Obama et j’en passe. Pourquoi c’est toi qui a été choisi: parce que chacun d’eux sait très bien que cette affaire peut très mal finir.

Tu as formulé des accusations très graves contre Maurice Kamto. Personne n’est allé jusque là. Même pas les faucons du RDPC. Le procès contre Emmanuel Sadi à Paris arrive. Messanga Nyamding fait actuellement profil bas. Toi avec ton reportage tu es susceptible d’avoir au moins trois poursuites judiciaires dont l’une au moins au pénal.

Je ne sais pas ce que Maurice Kamto ou le MRC feront de toi. Peut être rien parce qu’en réalité tu n’es qu’un jeune exécutant, peu intelligent dans un environnement rempli d’idiots. Ils peuvent choisir de te mépriser mais encore faudrait-il que tu le mérite.

Mais s’ils décident de te poursuivre, petit frère personne ne te sauvera. Le dossier pourra rester pendant même 5 ans, le jour où il s’ouvrira, tous ceux qui t’ont envoyé seront soit en fuite soit en prison.

Tu seras seul face à ta vie petit-frère. Et même ceux qui prétendent de défendre parce que agissant sous la contrainte de la panse seront les premiers à te renier comme Jesus fut renié d’abord par l’un de ses disciples.

Je n’ai aucun conseil à te donner. Si j’en avais c’est un seul: continue. Les hommes ont toujours eu un goût et des passions pour les malheurs des autres.

Et quand tes malheurs arriveront ils chanteront et danseront comme au moment où Moise descendit de la montagne pour conduire le peuple d’Israel vers la terre promise.

 

BORIS BERTOLT