Gabon : Corruption, un juge contre la coupe illégale de bois

Exemple de bannière pour articles
par Africa Info
Dans la forêt tropicale gabonaise le Kevazingo, une essence de bois rare et considérée comme sacré suscite des appétits des asiatiques qui n’hésitent pas de corrompre. ǀ © Crédits photos archives

Dans la forêt tropicale gabonaise le  Kevazingo, une essence de bois rare et  considérée comme sacré suscite des appétits des asiatiques qui n’hésitent pas de corrompre.

Cet arbre impressionnant, à l’instar du Bubinga ( Guibourtia )  peut atteindre plus de 40 mètres de haut

Malheureusement cette espèce est dangereusement menacée d'extinction en raison de sa surexploitation.

Selon des experts, le Kevazingo , qui met  de nombreuses années pour arriver à maturité , est très apprécié en Asie .

Les Japonais et les Chinois l'utilisent non seulement pour fabriquer des meubles, mais aussi des cloches en bois et autres instruments de musique.

Depuis 2001, le gouvernement gabonais a promulgué des lois visant la protection de cet  arbre sacré et bien d’autres essences. Mais l'exploitation forestière illégale et surtout la corruption contribuent à une déforestation sans précédent.

C’est ainsi que  26 criminels de forêt ont été arrêtés récemment pour des motifs de coupes illégales. Parmi eux, des fonctionnaires gabonais et 5 ressortissants chinois.

Un homme d'affaires chinois et l’un  de ses complices locaux ont même  été appréhendés dans l'est du Gabon (province de l'Ogooué -Ivindo ) , 

Un camion transportant un énorme tronc du Kevazingo a été intercepté  par le Procureur de la République descendu sur le terrain accompagné des enquêteurs de la police judiciaire, la gendarmerie et l'équipe de ALEFI, l’ONG Conservation Justice spécialisée dans la protection  de la nature près le tribunal de première instance à Makokou.

Le conducteur et le convoyeur ont déclaré avoir reçu la permission pour la coupe du bois d’un certain  Nze Angle très réputé  dans la province.

Deux jours plus tard, les enquêteurs se sont rendus à  l'endroit où l’arbre a été coupé,  à environ une  centaine de kilomètres de la ville.

Les investigations ont révélé que c’est M Nze Angle qui avait  ordonné au ressortissant chinois Yang Showling, un trafiquant de bois  la coupe du  Kevazingo.

 Sur instruction du procureur de la république, ils ont été maintenus en détention, en attendant d’être présentés devant les tribunaux compétents.

M Nze Angle n’était pas à sa première violation de la loi. Déjà en mai 2013, il avait été arrêté et poursuivi pour l'exploitation illégale de la forêt.

Mais le  Kevazingo, cet arbre sacré  ne les empêche pas à  prendre des risques.

Complicité et corruption.

Suite à leur arrestation, les deux complices ont essayé de corrompre le procureur en lui proposant la somme de 4.000 dollars US dans le but d’obtenir la libération du trafiquant chinois.

En homme intègre, le procureur a rejeté l’offre et a  ordonné à la police judiciaire  de diligenter une enquête pour tentative de corruption. 

Il convient de souligner que le procureur Moukoko à qui le pactole a été proposé  est arrivé dans cette province gabonaise il ya seulement deux semaines et a déclaré la guerre aux exploitants illégaux de la forêt.

Ce qui réjouit non seulement les défenseurs de l’environnement mais aussi et surtout ces populations qui tiennent à cœur leur essence sacré qu’est le Kevazingo.

Le nouveau ministre  pour la protection de l'environnement et des ressources naturelles, des forêts et de la mer a d’ailleurs récemment confirmé la volonté de son département ministériel de procéder à d’autres arrestations de bûcherons illégaux aussi bien nationaux qu’internationaux

Dans le but ultime de  protéger la biodiversité et les écosystèmes gabonais.

Africa Info

© www.EAGLE-enforcement.org