Présidentielle 2018 : Au sujet de l'auto - proclamation du candidat Maurice Kamto

par Souley ONOHIOLO
Souley Onohiolo : « Sans adouber sa démarche, disais-je; la condamnant plutôt; je trouve que ce pourrait être, une bien curieuse façon de leur dire, de crier au camp d'en face... « no make erreur» Aaaaahhhh!!!! Ooouuuiiiii!!!!!! Et puis... Qui d'autre, en dehors du «Totem» marche sur la constitution et les lois de la République???? » | © Photo archives

Distinguées salutations à tous les membres de ce beau village. Au sujet de l'auto - proclamation du candidat Maurice Kamto vainqueur de l'élection présidentielle du 07 octobre 2018.

Le président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (Mrc, opposition) dans son adresse, à ses partisans, diffusée dans les réseaux sociaux, interprétée par chacun telle que reçue, perçue; selon son obédience, sa fibre militante, il y a comme une acceptation, ou de la critique acerbe contre sa démarche.

Il faut critiquer cette façon de faire ; elle est illégale, anticonformiste. NON CONSTITUTIONNELLE.

Mais lorsqu'on a dit ça, faut-il continuer à piler, pilonner cet Agrégé de Droit comme c'est le cas. N'importe quel Holibilu se lève et tracte le candidat à la broyeuse.

Comme si Maurice Kamto était devenu le paria constitutionnel. Comme s'il est devenu le pourfendeur EXCLUSIF des lois de la République ; Dans un pays où, la grande indiscipline est devenue le sport favori de tous et de chacun.

NNNOOONNN ! ! ! Laissez passer Maurice Kamto. Il n'est pas l'incarnation de ce que l'on croit. Il n'est pas mon ami. Je ne suis pas si sûr qu'il me tient en sympathie.

Mais les attaques dont il fait l'objet m'empêchent de me taire. Bien au contraire, elles suggère le regard froid, raide et iconoclaste de journaliste.

J'affirme qu'on est bien drôle dans ce pays. Nous avons l'air d'être des mouchards, des mouches en errance ; des zombies, des personnes désincarnées dont la mémoire joue des tours, en prenant des vacances.

Pas tout à fait d'accord avec ceux qui tirent sur Maurice Kamto.. Et si son acte était une pression exercée sur ceux qui doivent proclamer les résultats et qui dans leur laboratoire ont déjà proclamé le «Totem» réélu?????

Maurice Kamto connait leur stratégie. Il connaît le système. Pour y avoir fait un bref séjour dans la «maison». il sait comme ça fonctionne. Sans adouber sa démarche, disais-je; la condamnant plutôt; je trouve que ce pourrait être, une bien curieuse façon de leur dire, de crier au camp d'en face... « no make erreur» Aaaaahhhh!!!! Ooouuuiiiii!!!!!!

Et puis... Qui d'autre, en dehors du «Totem» marche sur la constitution et les lois de la République????
Très facile de se plaindre lorsque l'on se trouve dans la posture de... où l'on parle de corde dans la maison d'un pendu.

Combien de fois le «Totem», a violé les lois et la constitution; y passant outre les dispositions des textes de la loi fondamentale que lui-même a promulguée?????

En voici des illustrations
-----modification de la constitution en 2008
-------- Nomination des membres du conseil électoral d'Elecam et de la direction générale des Élections.
-------Nomination sans façon du président et des membres du conseil constitutionnel
-------- Nomination perpétuelle des membres cumulard dans le flagrant délit de violation des textes de la République, en les portant dans les «juteuses» fonctions civiles et militaires
------- Méprise, indifférence, irrespect des dispositions réglementaires qui recommandent qu'un Dg d'une société d'État ne doit pas passer plus de 3 x 3 périodes d'années à la fonction?????!!!!!

Alors arrêtez de crier «Haro sur le baudet» . S'agissant de Maurice Kamto. Le «violeur en chef» des lois et règlements de la République;'même de la loi fondamentale (constitution); pourtant lui-même, garant des institutions, se trouve où on sait.

Mais comme il est devenu un «Totem,» un «Roi» à la fois «Empereur» et «Pharaon» , l'on pense que toutes les lois sont des costumes de «dictateur» qui lui sont taillés sur mesure.

Dans divers espaces, points chauds et chaumières, l'on laisse croire que la loi, c'est le «Totem»... himeself. Oubliant que le Pharaon n'en est que garant des institutions; qu'il incarne selon la loi fondamentale. Mais il ne devrait en aucun moment s'en ériger comme légitime «propriétaire».

La constitution c'est le peuple. Le peuple... C'est la République. Nul fut-il président de la République; chef d'un État souverain et indépendant, n'est au-dessus de la République... Mais ! ! Bon Sang. . . Rideaux!!!

Par Souley ONOHIOLO, membre du quatrième pouvoir

Patriarche Rapporteur général des travaux du consortium patriarcal.