Cameroun : Présidentielles 2011, Elecam s’embourbe dans la distribution des cartes

Exemple de bannière pour articles

Ai-Cameroun - Elections Cameroun (Elecam), institution chargée de l’organisation des élections au Cameroun, en conformité avec la loi, a engagé depuis quelques jours la distribution des cartes d’électeurs à tous ceux qui s’étaient inscrits avant le 30 Août 2011 sur les listes électorales.

 

Ce qui semblait être une simple formalité, tourne plutôt au cauchemar aussi bien pour les potentiels électeurs que pour le personnel administratif de Elecam à une semaine du scrutin.

Tous les bureaux d’Elecam ont été pris d’assaut dès l’annonce du début de l’opération de distribution des cartes d’électeur. Les listes affichées sur les murs de certaines délégations communales, à cause des intempéries, sont devenues illisibles ; l’encre ayant été diluée par la pluie. A ce niveau, l’on vous demande de présenter le récépissé d’inscription à défaut d’inscrire vos noms et prénoms sur un bout de papier afin que l’on interroge l’ordinateur pour savoir si vous êtes inscrit et dans quel bureau de vote vous l’êtes afin d’entamer la recherche de votre carte.

Face à l’affluence, un ou deux agents vous reçoivent mais un seul opère les recherches dans l’ordinateur et au fil des heures, le rang s’allonge et le ton monte. Entre les usagers et le personnel administratif s’en suivent des injures, des menaces et des vociférations. Seule la présence d’un policier en tenue et arme en bandoulière permet d’éviter l’affrontement.

Seulement, beaucoup d’électeurs repartent dépités, soit parce que l’on n’a pas retrouvé son nom, soit parce que sa carte demeure introuvable. Une jeune dame a laissé libre cours à son dépit après avoir été dans plusieurs délégations communales avec en mains son récépissé. « A quoi bon s’inscrire sur les listes électorales si on ne peut pas obtenir une carte d’électeur ? J’ai déjà été à trois endroits différents et on ne retrouve pas ma carte. Je reviens d’Akwa où on m’a dit de venir voir ici et ici, on me dit de repartir pour Akwa. Qui va me rembourser tous ces frais de taxi ? Autant rentrer chez moi, quitte à ne pas voter le jour du scrutin ». Une situation qui fait craindre des débordements ou de la fraude dénoncée par le SDF (Social Democratic Front, principal parti de l’opposition) et par Edith Kahbang Walla, la candidate du Cameroon’s People Party (CPP) mais qui ne semble pas préoccuper Esther Dang, la candidate du PURS.

Un responsable d’Elecam s’est voulu rassurant en demandant aux électeurs de conserver leurs récépissés et de se présenter dans les bureaux de vote qui leur ont été indiqués le 09 Octobre prochain, munis de leur carte nationale d’identité, car leur situation peut s’arranger d’ici là. Un registre ayant été ouvert pour étudier toutes les revendications.

Mais toutes ces mesures correctives permettront-elles de ramener la sérénité dans l’esprit des potentiels électeurs ? La question reste posée !

Georges Ndenga, Ai Douala